CANNES 2024

samedi 14 mars 2020

Voyage à deux : l'amour n'est pas une longue route tranquille

En Blu-ray et DVD : Les pérégrinations par monts et par vaux devraient bientôt être mises entre parenthèses pour quelques mois. Raison de plus pour partir sur les routes sans quitter son domicile. Nos compagnons seront Audrey Hepburn et Albert Finney. Le film : Voyage à deux (Two for the road, 1967). Réalisé par Stanley Donen, ce road trip romantique et doux-amer sort dans un superbe coffret vidéo. Come on in!



C'est l'histoire d'un homme et d'une femme qui se rencontrent sur un ferry, ont le coup de foudre puis traversent la France du Nord au Midi. Le couple refera le trajet à plusieurs reprises au cours des années. L'auto-stop laissera la place à des voitures de plus en plus luxueuses tandis que la passion s'émoussera et que s'installeront la routine, puis l'amertume.


Une romance d'aujourd'hui

C'est pas du Michel Fugain, mais du Stanley Donen. L'ex-danseur et chorégraphe s'y connaît en mouvements. Du corps comme du coeur. Il met en scène le voyage du duo avec une grâce et une élégance qui nous rendent attachant ce couple qui s'adore, se crie dessus, se fait la gueule et s'aime encore et encore. Il faut dire que l'auteur du script, Frederic Raphael, sait traduire les états d'âme des personnages et disséquer les mécanismes complexes du coeur. Surtout, la construction du scénario a pour originalité d'entremêler les échelles de temps - une inspiration pour Christopher Nolan et son Dunkerque ? Le bonheur des débuts et l'acrimonie des années suivantes se répondent d'une séquence à l'autre. Le couple revient sur des lieux où il s'est aimé pour y déverser sa bile et son amertume. Et inversement.


Les passages d'une époque à une autre, Donen choisit de les illustrer notamment via les véhicules qui filent sur les routes. Ici, un bolide passe à toute allure devant les amoureux qui lèvent le pouce ; au plan suivant, le couple se retrouve à l'intérieur de la voiture en question. Pas besoin d'un calendrier pour savoir que les années ont passé. On le constate aussi à travers la garde-robe de Joanna et Mark. Et ces allers-retours dans le temps, qui auraient pu être incompréhensibles, deviennent rapidement une évidence.

Fils rouges sur rubans d'asphalte

Un fil rouge visuel : la France et ses nationales bordées d'arbres, ses petits villages débordant de vie, ses châteaux romantiques. Un fil rouge musical : les somptueuses mélodies d'Henry Mancini, où les violons langoureux côtoient le piano mélancolique, l'accordéon so Frenchy et la flûte si suave. Le jazz s'invite aussi dans la partition. Magnifique idée de faire sonner les percussions comme le chant des cigales (5:55).


Au sein de cet écrin, s'ébattent deux formidables acteurs. Audrey Hepburn, à la fois mutine et traversée par une gravité toute personnelle (la comédienne allait bientôt se séparer de son époux, Mel Ferrer) qui étoffe son personnage, nous charme et nous émeut tandis qu'Albert Finney, tout en rugueur et cynisme, laisse entrevoir une sensibilité tout aussi poignante. Quel beau couple. 

Sur leur chemin, on croise la jeune Jacqueline Bisset et les trop oubliés Claude Dauphin (qui incarna un bon Voltaire à la TV) et Georges Descrières (immortel Arsène Lupin) - le premier s'exprime en anglais dans la VOST quand le second s'y fait doubler. Et puis, il y a les improbables apparitions de seconds couteaux bien connus du cinéma français : Paul Mercey et Yves Barsacq.




Comme à son habitude, Wild Side nous propose ce joyau dans une magnifique version, accompagnée de pléthore de suppléments dont un excellent entretien de Samuel Blumenfeld avec Frederic Raphael, qui s'exprime dans un français remarquable et revient longuement sur la production du film mais aussi sur ses rapports compliqués avec Stanley Kubrick ; ainsi qu'une interview de la chef-costumière Sophie Rochas et un retour sur la carrière de Stanley Donen (Charade, Dansons sous la pluie). Un livre de 200 pages complète le coffret Blu-ray+DVD. N'hésitez pas, embarquez pour cet enchanteur Voyage à deux. 

Anderton

Aucun commentaire: