New

02 septembre 2009

Un mec, une fille... un porno (2/2)

Cineblogywood.com réalise une première mondiale (Archipel Kerguelen inclus) : faire chroniquer un film X par un expert ès-boulard et une novice en la matière.
Après Marcel Martial (lire : Un mec, une fille... un porno 1/2), c'est donc à Marge S de nous raconter son visionnage de L'Honneur des Mariani et par la même occasion sa toute première fois, toute toute première fois. Enjoy !
Anderton

En DVD : Je peux désormais dire… "Je l’ai fait" ! Il manquait une corde à mon arc de cinéphile… Grâce à G. de chez Marc Dorcel et son envoi discret, et après 10 jours sous blister dans ma cuisine, c’est désormais chose faite… J’ai visionné L'Honneur des Mariani. Mon premier film porno !!!
Quand j’ai découvert le DVD, j’ai tout de suite vu que je n’aurai pas affaire à un remake de L’Honneur des Prizzi mais j’étais sure que Tara White, Yasmine, Kathy Sweet et Jenny Baby allaient tout faire pour donner un réel intérêt au film, et que Tony Del Duomo allait rivaliser avec John Huston au niveau de la réalisation ! Bloc-notes, stylo, ordi, casque (oui, je n’ai pas assumé le volume de la télé vis-à-vis du voisinage)... me voilà prête !
Saisonnières et playmobil
Plusieurs bandes-annonces avant THE film. Le timing est tel que je l’imaginais… Vous voulez le pitch? La fille Mariani est la seule, aux yeux de son veuf de père, à être digne de prendre la tête de l’exploitation familiale, ses trois frères étant des crétins feignants qui ne pensent qu’à se taper les ouvrières saisonnières ramasseuses de poires… Manque de bol pour Carla Mariani, elle se fait griller avec une tripotée d’ouvriers. Très occupée, la Carla…
Son père, déshonoré, va tout faire pour la marier avec un benêt (qui court comme un Playmobil) et là, on se dit… Ouf … L’honneur des Mariani est sauf… Et bien non ! La Carla, gourmande au possible, se fait choper par son Playmobil, se faisant honorer par un ouvrier, alors que toute sa famille l’attend pour la mairie… Fin… sur le regard horrifié du pas encore marié et déjà cocu !
"Come on !"
Comme c’est indiqué sur la jaquette, la fille Mariani a vraiment le feu au c…, un duo d’ouvriers va en faire les frais après deux minutes de film. Rien ne peut l’arrêter, la gourmande. Le seul mot prononcé en 10 minutes étant "Salut". Après, nous avons une succession de grognements, un "Come on" digne d’un joueur de tennis bien connu, ou des "Yeeeeeeeeeees !!" intempestifs.
Cours d’anatomie en gros, voire très gros plan… Etant no-vice en la matière, je ne sais pas si les étalons sont des références connues dans le X mais d’un point de vue anatomique… comment dire, il y a du lourd ! Et dans les grognements… c’est un prix d’excellence !
Toutes les combinaisons possibles sont déclinées dans des lieux plus romantiques les uns que les autres : remorque de tracteur, jardin, cageot, table de cuisine, bord de piscine… Il y en a pour tous les goûts. Beaucoup d’acteurs et d’actrices ne font qu’une scène, mais avec quelle motivation !
Lavage de voitures et triolisme
Le jeu des acteurs et actrices composant la famille Mariani (avec une mention particulière pour le père qui passe de "endormi sur son lit" à "je suis dehors avec de la mousse à raser plein les joues en moins de 2 secondes" - une prouesse !) est super drôle quand c’est du "traditionnel". Les dialogues sont excellents, avec un duo vantant les mérites du lavage de voitures et de piscines digne des plus grands !
Sur les scènes de hard, qui durent 10 minutes toutes les 3 minutes , elles vont crescendo, avec comme bouquet final bien avant la fin, la belle Yasmine, qui se fait prendre sauvagement par deux des trois frères Mariani… mais sans retirer sa robe ! Très classe !
Le film n’est doublé qu’hors scènes hard, ce qui est assez drôle ! Le dialoguiste s’en est donné à cœur joie et comme il est précisé sur la jaquette : "Une galerie de prouesses sexuelles pittoresques présentées avec humour qui atteignent des sommets d’érotisme et de sensualité". J’ai été beaucoup plus sensible à l’humour qu’aux prouesses…
Pour les puristes qui voudraient faire des progrès dans les langues étrangères, on peut choisir la version sous-titrée en grec, tchèque, roumain… Une méthode bien plus attrayante que la collection Assimil !
Marge S aka Sandrina la chro-niqueuse (c’était facile !)

1 commentaire:

mrWak a dit…

J'adore ! Beaucoup d'humour dans cette chronique pas graveleuse, merci !

Translate this blog