jeudi 21 avril 2016

Prince au cinéma : méga-cartons et bides monumentaux

Artistes : Prince est mort. Il avait 57 ans et c'est un sacré choc pour le fan que j'étais. Auteur-compositeur génial, il a aussi tâté du cinéma. Avec à la clé, d'immenses succès... et de gros bides.


Purple Rain (1984)
Dans ce drame musical réalisé par Albert Magnoli, on suit les affres d'un artiste génial (Le Kid) qui a du mal à percer sur scène, à faire face aux disputes de ses parents et à emballer la belle Apollonia. Bon, vous l'avez compris, pas le scénar du siècle mais un prétexte à mettre en images une bande-son incroyable (Oscar de la meilleure musique) avec un final extatique sur Purple Rain. Dans les salles US, le public reprend les chansons à voix haute. Enorme carton : Purple Rain dépasse Ghostbusters au box-office et rapporte 71 millions de dollars pour un coût de production de... 7 millions ! A titre perso, je me rappelle de la sortie de la VHS en France, éditée par Warner Home Video, l'une des premières en Dolby. Emotion dans le salon familial.



Under the Cherry Moon (1986)
Galvanisé par le raz-de-marée de Purple Rain, Prince vire la réal Mary Lambert (Cemetary) et réalise lui-même ce film en noir et blanc qui se passe en partie en France. Noir et blanc, France... ça ne passe pas auprès des Américains et des autres d'ailleurs. C'est tellement la cata que pour sauver les meubles, Warner et MTV décident d'organiser l'avant-première dans la ville du 10.000e appelant à un concours. Résultat : c'est Sheridan, Wyoming, qui l'emporte. Un bled archi-paumé qui permet d'éviter l'humiliation d'une AVP hollywoodienne. Ah et pour info, le film révèle Kristin Scott Thomas, dont la carrière n'a pas souffert de ce bide monumental. Reste l'album de la bande-son, Parade, avec le hit planétaire Kiss



Batman (1989)
Cette fois-ci, Prince décide d'en rester à la bande-son, qui cartonne autant que le film (enfin, aux States parce qu'en France, le succès en salles est plus mitigé). La Batdance est jouée sur toutes les radios. Le reste des compositions ne se retrouve pas forcément à l'écran. Qu'importe. Il se dit que Love Symbol a participé à l'aventure car il entretenait une relation avec Kim Basinger. Il enregistre d'ailleurs avec elle un titre en trois parties : The Scandalous Sex Suite. La chanson est ponctuée par des grognements et gémissements qui auraient été enregistrés par les deux stars dans l'intimité. When 2 R In Love...




Graffiti Bridge (1990)
Après un concert filmé, Sign O'The Times (1987), Prince décide de repasser derrière la caméra avec une idée de génie : tourner la suite de Purple Rain. On retrouve le groupe The Time mais pas Apollonia Kotero. Entre temps, le public a vieilli et la magie violette ne fonctionne plus. OK, pour acheter l'album mais pas question de se fader un scénar insipide mal tourné. Sign of the times...



Prince et le cinéma, cela n'a pas aussi bien marché que ça. Reste la musique ! Et ce sketch du Chappelle' s Show !



Un sketch qu'il n'a pas vraiment apprécié, comme le raconte Charlie Murphy.

Anderton
Enregistrer un commentaire