CANNES 2024

mardi 12 février 2019

Deux fils : première réussie pour Félix Moati

En salles : Pour Deux fils, son premier film en tant que réalisateur, Félix Moati choisit le thème de la solitude et l'absence. L'histoire de trois hommes, deux fils et un père, très liés et pourtant tous les trois en plein désarroi. Nous avons découvert le film à l'occasion de la projection organisée par Ciné+. Compte-rendu.



Benoît Poelvoorde est émouvant et drôle en papa désespéré, quasi dépressif. Il vit avec ses deux fils, Joachim qui tente de passer une thèse en psycho, et Ivan, ado de 13 ans. Dans ce film, la femme tient un rôle secondaire et pourtant omniprésent, à travers la mère, l'ex-copine ou la prof et petite amie jouée par Anaïs DemoustierLe père, traumatisé par le décès de son frère, décide du jour au lendemain d'abandonner sa carrière médicale pour vivre de littérature et devenir écrivain. Soutenu par ses fils, son talent ne fait pas l'unanimité des éditeurs, au grand désarroi de ses enfants, qui voient leur père sombrer et dont le comportement ressemble plus à celui d'un enfant qu'à celui d'un père. Les personnages évoluent en parallèle mais restent cependant connectés par une certaine douceur et une complicité.


Le père... Un rôle surprenant pour Poelvoorde qui n'a jamais eu d'enfants, un choix qu'ils ont fait, lui et sa compagne. Félix Moati a expliqué avoir d'abord imaginé Gérard Depardieu dans ce rôle mais ce dernier n'était pas disponible. C'est finalement vers Benoît Poelvoorde qu'il s'est tourné. Les deux hommes se connaissaient déjà pour avoir jouer récemment en tenue très minimaliste, dans Le Grand bain, de Gilles Lellouche. Un excellent choix au final. Félix Moati ne tarit pas d'éloge sur l'acteur dit "difficile".

Joachim, le fils aîné, est interprété par Vincent Lacoste. Un rôle sur mesure pour l'acteur qui enchaîne les têtes d'affiche. Après Première année, on le retrouve ici dans un rôle bougon et flegmatique mais très protecteur en grand frère. Le père de famille, c'est lui ! Il prend soin de tout le monde, défend son père et surveille son petit frère. Joachim, c'est un peu l'image de Félix Moati quasiment au même âge.
Mais le réalisateur avoue s'identifier également au rôle du petit frère. Il s'agit en fait de la même personne à deux âges différents. La relation entre les deux frères est touchante et comique, autant par certaines situations que par les dialogues. 

La grande révélation du film, c'est Mathieu Capella, qui joue Ivan. Choisi parmi 450 jeunes comédiens, il crève l'écran par sa justesse. Son dépit, face aux questionnements existentiels de son père et son grand frère, pourrait être tragique mais Félix Moati a choisi de lui donner un ton sarcastique et comique. Ses commentaires pertinents et drôles m'ont provoqué un fou rire comme je n'en avais pas eu depuis longtemps. 

Comme un artisan

Le script de Deux fils, écrit en six mois, fait suite à un court-métrage présenté à Cannes et intitulé Après Suzanne. Pour son travail de scénariste, Félix Moati avoue avoir pris des notes pendant ses années d'acteur (il n'a que 28 ans !) jusqu'au jour où il a compris qu'écrire était une discipline comme une autre. Il s'est donc attaché, jour après jour, à élaborer ce film méthodiquement, comme un artisan.
Grand cinéphile, ses inspirations proviennent des plus grands réalisateurs comme Woody Allen pour ses personnages enfermés ou Martin Scorsese pour ses descriptions picturales et sa dimension comique unique. Le reste n'est que "parler de soi" et "observer la vie" avec attention. 

Pour Moati, diriger un film est comme "préparer un mauvais coup", un amusement. Il le définit comme un métier de compagnonnage. Selon lui, le réalisateur doit avoir réponse à tout, même s'il n'a pas la moindre idée de ce qu'il veut ! Sur une B.O. signée Limousine, le film est baigné d'un rythme jazzy qui lui confère une atmosphère particulière, soutenue mais nonchalante.

Félix Moati, qui s'est d'abord fait connaître en tant que comédien (Lol, Les beaux gosses, A trois on y va, Cherchez la femme..), s'apprête à jouer dans le prochain film de Wes Anderson, qui sera tourné à Angoulême. A moins de 30 ans, Moati entame ainsi une carrière de réalisateur, bienveillant et joyeux, qui met à jour un nouveau talent. 

Emma Peel

Aucun commentaire: