Dossier Super Bowl

vendredi 8 février 2019

Spielberg : l'immanquable documentaire

Artistes : Depuis le 1er février, OCS Géants consacre un cycle à Steven Spielberg. Ce vendredi soir, après Always (1989), la chaîne diffusera un documentaire exceptionnel de 2h30. Réalisé en 2017 par Susan Lacy et produit par HBO, Spielberg revient sur la carrière et la vie du cinéaste à travers des entretiens inédits avec le maître himself, Martin Scorsese, George Lucas et bien d'autres. Il dévoile également des extraits de films rares : premiers courts-métrages et films personnels. Immanquable !


Susan Lacy aborde la carrière du cinéaste de manière chronologique et l'éclaire de fréquents allers-retours sur des moments-clés de sa vie. La colonne vertébrale du documentaire, ce sont plusieurs interviews accordées par Steven Spielberg. Il y évoque de manière très directe son parcours et sa méthode, mais aussi sa jeunesse, sa vie de famille, sa foi, ses joies et ses doutes, ses blessures. Ses propos sont entrecoupés d'extraits de films, d'émissions télé, d'images enregistrées lors des tournages ainsi que de photos et films personnels, tournés en famille ou avec des amis. On y voit le jeune Steven dans sa maison en Arizona ou ses enfants en train de jouer dans la piscine de sa villa hollywoodienne. Parmi les raretés, le doc montre des images tournées par Spielberg lors de repas ou parties de billard avec Scorsese, De Palma, Lucas and co. Lesquels témoignent à leur tour, de même que Francis Coppola, Leonardo DiCaprio, J.J. Abrams, Tom Cruise, Harrison Ford, Sally Field, Christian Bale, Liam Neeson, Ralph Fiennes, Tom Hanks, Daniel Day-Lewis, Dustin Hoffman. Egalement interviewés, des proches collaborateurs, tels John Williams, le DP Janusz Kaminski, les producteurs Kathleen Kennedy et Frank Marshall, le monteur Michael Kahn, le scénariste Tony Kushner, le responsable des effets spéciaux Dennis Murren, ainsi que de nombreux critiques de films. 


Evidemment, ces grands témoins mettent en avant la vision de Spielberg, son sens de la mise en scène, le lien qu'il a réussi à tisser avec le public, sa capacité à jongler avec les différents projets. Les piques sont rares et plutôt amicales. Brian De Palma moque son enthousiasme de grand gamin, David Geffen (son associé à DreamWorks) se marre lorsqu'est évoquée la légende selon laquelle Spielberg, alors âgé de 18 ans, aurait squatté des bureaux à Universal. Pour La Couleur pourpre, un critique dénonce l'approche "à la Disney" de Spielberg pour adapter le livre sombre et cru d'Alice Walker. Lors d'une scène, le vagin de l'héroïne devait être aperçu dans un miroir. Spielberg n'a pu s'y résoudre, expliquant dans un sourire qu'il était trop timide à l'époque pour montrer ce genre de choses. Scénariste d'Empire du soleil, Tom Stoppard regrette également l'excès de sentimentalisme dont a fait preuve le cinéaste.   


Ce qui m'a passionné dans ce doc, c'est de voir Spielberg au travail. De l'entendre expliquer qu'il est nerveux à chaque nouvelle scène et que c'est grâce à cette anxiété qu'il parvient à trouver des solutions de mise en scène. Son analyse de la séquence de l'attentat à la bombe dans Munich est également captivante : il y parle de la "géographie de la scène" et détaille comment rendre le chaos lisible pour le spectateur afin de provoquer le suspense et la tension.

Il y a également beaucoup de passages émouvants. Les films amateurs le montrant avec la bande des Scorsese & co ; l'évocation de sa jeunesse (le traumatisme provoqué par le divorce de ses parents, sa brouille de 15 ans avec son père avant une réconciliation lors de la sortie d'Il faut sauver le soldat Ryan) ; sa relation fusionnelle avec Kate Capshaw, qui se convertit au judaïsme et lui fait renouer avec la religion familiale dont il avait honte, enfant ; la blessure des critiques ; l'émotion à vif pendant le tournage et le montage de La Liste de Schindler ; le sentiment de vivre une révolution lorsqu'il découvre les premières images CGI d'un dinosaure en mouvement en pré-production de Jurassic Park...

Même pour le fan de Spielberg, qui connaît the man and the legend, et j'en suis un, ce doc est une mine d'infos en même temps qu'un voyage exaltant dans sa filmographie. Je me répète : immanquable !

Diffusion du documentaire Spielberg vendredi 8 février à 22h55 sur OCS Géants et OCS Go. Infos et rediffusions à consulter sur le site d'OCS

Anderton


Aucun commentaire: