New

29 septembre 2007

Halloween : Zombie n'étripe pas Carpenter

Sentenza ramène un de ses potes qui nous propose un post. On aime donc on publie.
(Bientôt) En salles : Il est cool, Rob Zombie. Il a plein de cheveux gras, il fait du rock de méchant, il adore le cinéma d’horreur, et a signé deux films siglés « cultes » (dont The Devil's Rejects) au fer rouge, parce que y en a marre de faire des films kifonpeurs pour ados boutonneux : pour le cinéma d’horreur, les années 2000 seront ultra violentes ou ne seront pas, et il en est partiellement responsable. Donc quand on lui confie le « prequel-remake » du Halloween de John Carpenter (en voici la bande-annonce), le résultat sera forcément culte aussi. Oui mais non.
Le film commence pourtant bien : voir un gamin de 10 ans massacrer froidement sa famille est une expérience traumatisante pour le spectateur, même si l’explication du « mais pourquoi est-il aussi méchant ? » (a priori l'intérêt premier de ce film) passe rapidement à la trappe. Mais une fois que Zombie ouvre les vannes de la violence, il a du mal à se retenir et nous envoie tout en pleine face. Après 1h30 de tortures, de cheerleaders débiles qui s’enfuient les seins à l’air se réfugier à l’étage en vrillant les tympans du spectateur, de massacres perpétrés par un Michael Myers définitivement indestructible, on a juste envie qu’il les massacre toutes, et qu’on puisse enfin se prendre un petit doliprane.
Au final : pas de renouveau du genre, Halloween, dont voici le trailer, est un film de son époque, adaptant son matériau de base aux standards du moment. Pas de peur, pas de lente montée d’angoisse, juste un gros coup de poing en pleine gueule. Zombie assume son style jusqu’au bout, c’est louable, mais le résultat est assez inintéressant.
Halloween de Rob Zombie, sortie salles le 10/10/07

Cypher

1 commentaire:

Anderton a dit…

Bref, c'est pas Zombie futé

Translate this blog