18 janvier 2008

J'ai vu Cloverfield !

Buzz - En Salles : [Aucun spoiler n'est contenu dans ce billet] Et bien, oui, j'ai vu Cloverfield. Ce matin, sur les Champs, dans le cadre d'une projo organisée pour la presse et quelques blogueurs (Kinoo, que j'ai rencontré avec plaisir pour la première fois, faisait partie du lot).
J'ai laissé passer la journée afin de digérer le film et les six mois de buzz et de marketing viral qui ont précédé. Voici donc mes impressions à tiède, sans vous révéler d'infos qui gâcheraient le plaisir de la découverte.

Mon sentiment est globalement positif mais je reste un peu sur ma faim. Je m'explique : le film est spectaculaire, plein de moments forts, avec des personnages attachants (comédiens parfaits) et des effets spéciaux très réussis. Malgré le buzz et les rumeurs sur le monstre, l'effet de surprise joue à plein. D'autant que "la cause de la catastrophe" joue à cache-cache avec les personnages.

Reality chaud !

Le parti pris du réalisateur (Matt Reeves, dans l'ombre de J.J. Abrams) de présenter le point de vue subjectif d'un des protagonistes équipé d'une caméra numérique participe grandement à l'originalité du film. A son réalisme aussi. Le spectateur est plongé dans l'action : on vit un "11 septembre" bis de l'intérieur. Certes, on est un peu dérouté au début mais on s'y fait vite, même si L'Olive qui m'accompagnait a parfois eu le tournis.

Cette caméra "à la Blair Witch" contribue à accentuer certains moments de tension ou d'action mais aussi, c'est le paradoxe, à gâcher parfois de bons effets qui auraient gagné à être filmés de manière traditionnelle. Autre déception : il y a quelques longueurs. Surtout au début du film. C'est souvent le propre des films catastrophes d'ailleurs.

Sans trahir les effets de surprise, la force et la faiblesse du film est de ne pas répondre à toutes les questions soulevées par la campagne de marketing viral. Campagne qui a davantage évoqué un autre point de vue (dans le temps ou le lieu) sur la catastrophe qu'abordé son thème central. Après avoir vu le film, on a d'ailleurs envie de replonger dans le buzz pour mieux comprendre à quoi servaient tous ces vrais faux sites, ces vrais faux JT mais aussi pour éclairer le propos du film lui-même. En résumé, le film ne tue pas le buzz, il l'alimente. Et tout est fait pour que Cloverfield ne se termine pas au générique de fin. Des suites à prévoir ?...

Si le résultat final n'est pas complètement à la hauteur de l'attente suscitée, Cloverfield mérite d'être vu en salles. On n'a pas fini d'en parler, y compris sur CinéBlogywood. En attendant, découvrez ici notre dossier Cloverfield : trailers, photos, infos, buzz...

Anderton

5 commentaires:

Ralph Reiss a dit…

Mais... Les gars ! C'est JJ Abrams ! Il a toujours fonctionné ainsi = créer des mystères qui alimentent l'imagination du spectateur et l'atmosphère du film mais auquels il n'y a aucune réponse. C'est sa philosophie (ce que n'ont pas compris les fans d'Alias, ne comprendront pas les fans de Lost). Dans Mission Impossible III, sait-on ce qu'il y a dans la fameuse "boite" ? Non. C'est un prétexte pour tenir en haleine le spectateur. Abrams a simplement développé la théorie du MacGuffin jusque dans ses limites les plus perverses.

Anonyme a dit…

J'ai vue le films, je suis du Canada. Faut vraiment avoir vu et lu tout les buz pour comprendre et bien apprecie le film. Moi jai aime, ma copine ...non( elle la vu a froid, sans avoir vu les buz)
Tout est en place pour une suite, car la force de sont films est aussi sa faiblesse. Le film na pas de profondeur...peu etre que l'on sera tout lors de la suite....

Ralph Reiss a dit…

"peu etre que l'on sera tout lors de la suite...."

C'est exactement la philosophie d'Abrams... "Revenez ! Payez donc votre place ! Je vais enfin vous expliquer ! Un jour. Peut-être." :D Amusant de voir que ça marche toujours aussi bien.

Kinoo a dit…

C'était un plaisir de te rencontrer aussi, surtout sur Cloverfield !

Le film m'a laissé sur la faim tout de même. Ca reste très efficace et immersif avec des sensations inédites au cinéma, mais ça a un arrière goût de pétard mouillé à cause de quelques déceptions...

A voir tout de même!

L'Olive a dit…

J'ai encore le tournis rien que d'y penser !!!
Tout est dit cher Anderton ! Et belle analyse : le film n'est qu'une partie de tout le buzz !

Et 40 millions de dollars aux US !

Translate this blog