Festival de Deauville

22 janvier 2008

30 Jours de Nuit, un film noir

En salles : L'avantage de s'inspirer d’un roman graphique pour réaliser un film est que le réalisateur peut se permettre de magnifier l'histoire selon les choix artistiques, déjà ratifiés cultes, des auteurs de l'oeuvre originale. Cela lui permet de s'affranchir sans risque des codes traditionnels propres aux scénarii qu'il veut mettre en scène.
300 n'était que le récit d'une guerre antique : sans Franck Miller on aurait eu droit à un produit calibré tel que Troie. 30 jours de nuit (dont on vous avait déjà parlé ici) ne déroge pas à cette règle. Il ne s'agit que d'une énième histoire de vampires mais son traitement graphique la rend beaucoup plus efficace. La nuit omniprésente n'est souvent éclairée que grâce au reflet de la lune sur la neige (la plupart des couleurs sont écrasées), le sang gicle en de longue traînée pourpre, la peau bleue des vampires vient s'opposer aux visages blafards des survivants... En quelques partis pris de mise en scène, directement inspirés de la bande dessinée de Steve Niles, David Slade (réalisateur de Hard Candy) nous fait entrer dans un univers cohérent et captivant.
Quant à l'histoire classique de l'affrontement entre quelques humains apeurés et des vampires assoiffés de pouvoir (plus que de sang), elle prend une autre dimension dans une nuit glaciale où toute morale est abolie. Les enfants, les familles, les vieillards : tout le monde trinque. Les vampires ne trient pas…
Cette absence de concession est tout à l’honneur du jeune réalisateur. En ne s'embarrassant pas d'état d'âme inutile, il confère au film une sincérité juste ébranlée par l'interprétation tout en paupières trop lourdes de Josh Harnett (un petit aperçu avec la bande-annonce, disponible dans notre playlist WAT).
Mon conseil: A voir évidemment.
Bonus. Une mini série a vu le jour en marge du film: Blood trails (Le trailer est ici). Constituée de plusieurs "webisodes" (7 au total), elle s'inspire de l'atmosphère horrifique créée par Steve Niles. Réalisés par Victor Garcia (pour l'instant illustre inconnu), vous trouverez le premier épisode dans notre playlist WAT (le reste est sur la toile).

Blood Trails, épisode 1
Envoyé par cineblogywood dans Cinéma sur wat.tv

Sentenza (fan de ça)

3 commentaires:

cypher a dit…

Mouais... graphiquement, c'est quand même en dessous de 300, lui-même en dessous de Sin City, donc bof...

Du coup, si la forme n'est pas passionnante, la faiblesse du fond apparait encore plus cruellement : le réalisateur (et/ou le scénariste) ne savent absolument pas jouer sur les 30 jours justement, le temps qui passe n'est pas retranscrit à l'écran (ça durerait 1 semaine ou 6 mois, ce serait pareil) et les scènes s'enchainent de façon mécanique (enfermement, fuite vers un autre lieu, baston, et ça recommence).

Bref, un énième film de vampires, sympatoche et qui s'oublie direct à la sortie.

Ralph a dit…

Non pas que ça m'intéressait, mais vous ne faites plus les retranscriptions des épisodes de 24 ? Par curiosité.

Marcel Martial a dit…

Nan, j'ai arrêté, faute d'envie, faute de goût, pour cette 6eme saison navrante, consternante, ennuyante et pleine de mots en ante.

Translate this blog