Dossier

mardi 28 avril 2015

La famille Bélier : Sardou, durs, dingues


En DVD et Blu-ray : Après un carton en salle en 2014 et un César mérité pour Louane Emera en début d'année, La famille Bélier sort le 29 avril en vidéo. L'occasion de (re)découvrir une comédie réussie qui fait entendre sa belle musique, malgré quelques couacs. 


Je n'ai pas vu le film d'Eric Lartigau en salle mais j'avais été touché par le trailer. Je ne connaissais pas Louane Emera (range-moi dans les vieux cons) mais j'aime beaucoup François Damiens, Karin Viard et Eric Elmosnino. Je ne suis pas franchement fan de Michel Sardou mais j'ai été enfant dans les années 70 (range-moi... cf plus haut) et je connais donc quelques-uns de ses tubes, sans en être particulièrement fier. En résumé, j'étais globalement bien disposé lorsque j'ai inséré le DVD de La famille Bélier dans mon lecteur.

Il suffira d'un signe

Agriculteurs en Mayenne, Rodolphe Bélier et son épouse Gigi sont sourds-muets. Tout comme leur fils Quentin. Un handicap dont ne souffre pas Paula, leur fille aînée, C'est donc elle qui fait l'interface avec le monde des entendants : les clients sur le marché où la famille vend du fromage, la banquière, les fournisseurs et même le docteur, à qui Paula doit évoquer les irritations génitales de ses parents... Pas simple, quoi. D'autant qu'il faut assurer au lycée, où Paula s'est inscrite à la chorale pour se rapprocher d'un garçon qui lui a tapé dans l'oeil. C'est alors que l'ado découvre sa féminité en même temps que sa voix en or. Son prof de chant la pousse à passer le concours de la Maîtrise de Radio France mais Paula hésite à abandonner sa famille.

Les scénaristes ont évité l'écueil du mélo bien pensant et moralisateur. Les Bélier sont sourds et muets mais les personnages ne se réduisent pas à leur handicap : ils sont un peu dingues, un brin obsédés, pas toujours bienveillants mais leur sincérité les rend éminemment sympathiques. C'est grâce au talent de Damiens et Viard qui, via le langage des signes, font passer toute une gamme d'émotions par des mimiques ou la gestuelle. Ils nous font rire de bon coeur avant de nous serrer la gorge. Elmosnino, lui, incarne le prof qu'on aurait tous voulu avoir : un faux cynique, moins odieux qu'exigeant. Face à ce trio confirmé, Louane Emera apporte une fraîcheur, un naturel et une voix qui nous emportent. J'étais à deux doigts de télécharger du Sardou, c'est dire ! Mention aussi à Luca Gelberg, sourd-muet dans la vie, qui interprète le frangin un peu roublard.

Fausses notes

Cette belle harmonie connaît toutefois deux couacs. Le premier est d'ordre scénaristique : quel besoin de faire baptiser un veau noir Obama ? Attention, je ne tombe pas dans le politiquement correct mais cela ne rime à rien. Et c'est d'autant plus débile qu'Obama n'est pas noir mais métis. L'autre fausse note est esthétique : la photo du film est sans relief, digne d'un téléfilm. Et c'est d'autant plus dommage qu'Eric Lartigau signe une mise en scène vivante et fluide. Ses beaux plans auraient mérité une lumière plus travaillée.

Pas de quoi toutefois gâcher le plaisir qu'on prend à regarder La famille Bélier, un film drôle et poignant. L'édition vidéo, signée FranceTV Distribution, propose un bon making of, notamment sur l'impact du langage des signes sur le jeu des acteurs. On en apprécie d'autant plus leur performance. Egalement un bonus : deux karaokés sur des scènes de chant du film. Faut oser poser sa voix par dessus celle de Louane Emera...

Anderton


Enregistrer un commentaire