lundi 13 avril 2015

Wyrmwood : zombies en mode Mad Max



En VoD : Je pensais avoir fait le tour des films de zombies préfabriqués oscillant en permanence entre l’outrance potache ou le frisson facile et dans lesquels le peu de moyen à dispo est mis au service d’encore moins d’idées. Et puis hier j’ai cliqué sur une affiche laide, peu avenante, a priori vierge de toute manipulation marketing en me disant qu’on apprécie toujours davantage un film quand on n’en attend rien. Surtout quand c’est australien. Le titre : Wyrmwood Road of the Dead.


1h38 après ce geste à la portée de tous, et après être allé pisser précipitamment, mes neurones ont enfin manifesté un peu d’activité et j’ai pris conscience de la claque que je venais de prendre. Pas la ptite claquounette cérébrale que n’importe quel Christopher Nolan peut provoquer... Non la grosse baffe dans ta gueule, venue du plus profond du bush, qui te laisse pantois et pour laquelle tu n’es pas prêt à tendre l’autre joue parce que tu sais qu’une copie est toujours inférieure à l’original.

Pas grand-chose à ajouter pour vous inciter à découvrir ce film de sueur et de sang, juste vous préciser que pour une fois l’accroche sur l’affiche officielle (pas celle sur laquelle j’ai cliquée donc) est représentative du film : "Mad Max meets Dawn of the dead"... Même si elle occulte quelque peu l’humour désinhibé et omniprésent du film réalisé par Kiah Roache-Turner. Je ne peux en revanche que vous déconseillez de voir cet ovni gore si vous êtes de l’autre sexe (aucun sexisme dans ce propos, je n’ai tout simplement jamais rencontré de femme appréciant les démembrements, émasculations et autres joyeusetés sanguinolentes) ou si vous lisez les Inrocks (beaucoup de mauvaise foi dans ce propos même si  je n’ai jamais rencontré de lecteur des Inrocks qui ne se revendique pas comme un parangon de raffinement intello stérile).

Bref, si vous voulez passer une soirée entre "mates" à descendre des Victoria bitter, n’hésitez plus !

Sentenza



Enregistrer un commentaire