19 avril 2008

Hulk : Edward Norton vert de rage

Elle me conforte dans l'idée qu'Edward Norton veut coller au personnage tel qu'on le connaît dans les BD mais aussi dans la série des années 70 (avec Bill Bixby et Lou Ferrigno).
Bruce Banner est un type solitaire, obligé de fuir chaque ville où il met les pieds, condamné à abandonner ceux qui l'aiment (et qu'il aime). Un pestiféré...
Lutte finale (cut)
Rassurant donc d'autant que le comédien et Marvel (producteur du film) étaient à couteaux tirés.
Le premier, soutenu par Louis Leterrier (le réal), voulait un film long (2h15), insistant probablement sur la complexité du personnage, alors que Marvel voulait un film d'action court.
Et c'est la prod qui a obtenu le final cut. Conséquence : Norton faisait la gueule et refusait de débuter la promo. La presse l'a su et cela a accentué les divergences de chacun.
Finalement, Norton, sans être convaincu par le montage de Marvel, aurait convenu que cette version plairait davantage au grand public.
Il s'est donc fendu d'un communiqué dans lequel il explique que ces discussions artistiques sont normal et que chaque partie souhaite présenter le meilleur film possible. La hache de guerre semble donc enterrée... Toute l'histoire est racontée dans EW.com.
Allez, le film sera sûrement très bien (Edward Norton, Tim Roth, William Hurt, Liv Tyler !). Et puis, peut-être que le montage Norton fera l'objet d'une version alternative en DVD.
Anderton

1 commentaire:

macmartin a dit…

Un acteur qui se lance dans une telle entreprise, jouer dans une adaptation d'un "comic", doit friser la maladie mentale s'il espère trouver des solutions artistes à son choix. Il faut aider Mr Norton à sortir de sa douce aliénation. Il doit être l'une des seules personnes au monde, un monde terrestre, j'entends, à chercher autre chose que la crédibilité visuelle de la créature verte. Il va faire tranquillement sa promo et justifier le chèque astronomique qu'il a touché.

Translate this blog