dimanche 29 novembre 2015

Star Wars : Le Retour du Jedi comme si vous y étiez


Buzz : Le Retour du Jedi est le film mal aimé de la trilogie Star Wars. Trop fun, trop d'Ewoks, encore une Etoile noire... Et pourtant, l'Episode VI conserve bien des attraits. Un excellent ouvrage, Le making of du Retour du Jedi, revient sur la production de ce qui fut pendant de nombreuses années la conclusion de la saga de George Lucas.


Après Le making of de Star Wars et Le making of de L'Empire contre-attaque, les éditions Akileos ont la bonne idée de publier le troisième ouvrage de J.-W. Rinzler consacré aux coulisses des tournages. L'auteur a eu accès aux archives de Lucasfilm, comme pour les précédents opus, mais il s'est aussi servi de ses notes puisqu'il a pu rencontrer à l'époque les différents talents qui ont fait le film. Tel Indiana Jones, Rinzler réalise un travail d'archéologue, compilant les infos avant de les condenser et de les restituer avec style. C'est passionnant.


Lucasfilm à l'heure de la maturité

On réalise grâce à lui à quel point la saga Star Wars est une production indépendante. Au début des années 1980, les relations entre Lucasfilm et la Fox sont toujours tendues, malgré l'immense succès du premier épisode (qui deviendra le quatrième) et les bons chiffres du suivant. George Lucas veut garder la main sur sa création, et les droits dérivés notamment, mais il a besoin de l'argent du studio pour compléter son apport personnel. Car le cinéaste utilise ses gains pour créer son empire et se donner les moyens techniques de ses ambitions. En interne, les difficultés sont nombreuses : après le succès de La Guerre des Etoiles (comme on disait alors en France), beaucoup de responsables des effets spéciaux sont partis, faut de pouvoir travailler sur d'autres projets maison. Cette fois-ci, Lucas embauche les talents et ouvre l'expertise de Lucasfilm à d'autres productions externes (Star Trek, Le Dragon du Lac de Feu...). Mais l'entreprise s'est développée trop vite, avec un bureau ouvert à L.A. ; Lucas décide de regrouper tout le monde dans la région de San Francisco et de construire le Skywalker Ranch.

La mise en prod de ce qui s'appelle encore La Revanche du Jedi coûte cher également. Lucas tient à maîtriser le budget, qui s'était envolé lors du tournage de L'Empire contre-attaque. Il parvient à embarquer à nouveau dans l'aventure les acteurs principaux, Mark Hamill, Carrie Fisher et Harrison Ford en tête, même si ce dernier souhaiterait que son personnage meurt... La pré-production débute aux Etats-Unis mais aussi à Londres alors que le scénario n'est pas encore finalisé. Lucas conserve la méthode employée sur L'Empire : il jette des idées à ses collaborateurs qui reviennent vers lui avec des concepts, qu'il valide ou non. Ceux qui sont retenus lui permettent d'affiner son histoire.

Monstres, bikini et mal de dos

Décidé à ne pas être étouffé par le tournage, il décide de déléguer une fois de plus la réalisation à un confrère. Irvin Keshner a refusé de reprendre du service. Fâché avec la Guilde des scénaristes et celle des réalisateurs, Lucas cherche un réalisateur britannique, après avoir tenté de convaincre en vain... David Lynch. Après un process digne d'un casting, c'est Richard Marquand qui est finalement choisi. L'Anglais n'a pas réalisé de grands films mais son savoir-faire convainc Lucas. Reste qu'il n'aura pas toute l'expérience nécessaire et Lucas devra être présent en permanence sur le tournage.

Le tournage débute à Londres, dans les studios Elstree. Harrison Ford a mal au dos, Carrie Fisher est en bikini alors que l'hiver est un des plus froids que l'Europe ait connu. Mais le petit plateau dans lequel sont tournées les scènes avec Jabba est surchauffée. Tout le monde chope la crève, quand certains acteurs costumés ne s'évanouissent pas ! C'est d'ailleurs le film de la saga dans lequel figurent le plus de monstres, créatures en latex plus ou moins compliquées à rendre vivantes. les équipes des FX font des merveilles.

Je ne vais pas tout raconter mais cet ouvrage de près de 400 pages se dévore du début à la fin. Toutes ces infos d'"insider", ces comptes-rendus de réunions, ces anecdotes, ces entretiens sont accompagnés de dizaines et dizaines d'illustrations : dessins, peintures, photos, reproductions diverses, qui rendent compte de la formidable créativité des équipes. En ces temps où il est de bon ton de dénigrer George Lucas (certes, il n'a pas été toujours heureux dans ses décisions), il est bon de se rappeler à quel point le bonhomme a transformé le 7e art. Pour cette raison et pour bien d'autres, la lecture du Making of du Retour du Jedi est indispensable. A demander d'urgence dans sa liste de cadeaux de Noël.

Anderton


Enregistrer un commentaire