jeudi 30 juin 2016

Game of Thrones : "J’adore la série mais je considère les livres comme canon"

Buzz : Si vous appréciez la série télé Game of Thrones, vous en connaissez tous un ou une. Ces gens qui commencent chacune de leurs phrases par "Oui mais dans le livre" ou par un "C’est pire dans le livre".  Marina est l’une de ces dingues des livres Game of Thrones. Ce genre de personnes qui, quand un personnage dont vous n’avez aucun souvenir réapparait dans la série, peut non seulement vous dire son nom mais vous en donner la biographie sur 4 ou 5 générations.

Pour ces gens-là, la 6e saison a été une petite révolution. En effet, trop occupé à compter ses dollars, George R. R. Martin n’a toujours pas publié son 6e tome depuis 2011. La saison qui vient de s’achever est donc la première qui ne s’appuie pas sur le support papier. Nous avons voulu savoir ce que cette puriste a pensé de cette 6e saison de Game of Thrones et plus généralement quelle est sa relation avec la série. Attention, spoilers !

Cineblogywood : Jusqu’à la saison précédente, avais-tu une préférence nette pour l’une ou l’autre des œuvres (le livre ou la série) ?
Marina :
J’adore la série mais je considère les livres comme "canon", comme la seule source de référence concernant l’univers Game of Thrones. Tout d’abord, je suis une fan inconditionnelle des trois premiers tomes. J’ai commencé à lire les livres en 2001, on en était déjà au Tome 3, A Storm of Swords, qui raconte entre autres les événements du Red et du Purple wedding (la mort de Joffrey). Puis, j’ai été déçue par le tome 4, plus atone. Le tome 5 (dernier volume sorti en 2011)  est un peu meilleur et fait avancer l’intrigue mais reste frustrant puisque certaines storylines n’avancent pas (Arya, Sansa, Bran…). D’autres personnages sont inutilement ajoutés (Arianne Martell de Dorne) et vivent leurs aventures très éloignés les uns des autres ce qui n’aide pas à la résolution de l’intrigue. J’essaie de rester objective : les deux derniers bouquins sont plus faibles que les trois premiers. Je trouve paradoxalement que la série fait depuis deux ans un meilleur travail pour faire avancer l’intrigue et réunir les personnages.

Te souviens-tu de ce que tu as ressenti quand tu as appris que Les livres seraient adaptés en série ?
Lorsque j’ai appris que HBO se lançait dans l’adaptation du bouquin, je me suis dit qu’au moins la série ne serait pas trop édulcorée. Je suis fan des séries HBO (OZ, The Wire, Six Feet Under...). Finalement, quand la série a commencé, j’ai presque trouvé que ça collait un peu trop au livre – le fan est un éternel insatisfait - , ce qui figeait un peu l’action à l’écran. La saison trois a commencé à se libérer de ce carcan en créant par exemple, le personnage de la femme de Robb. Cela m’a surprise mais la formule a fonctionné et sa participation au Red Wedding a été rendue d’autant plus poignante du fait de sa grossesse.
Le bouquin et la télé sont deux médiums aux contraintes différentes,  même si je regrette parfois que la série ne fasse pas 20h au lieu de 10 par saison pour avoir le temps de raconter toutes les péripéties !
Et puis David Benioff et D.B. Weiss, les créateurs de la série, sont tous deux fans du bouquin. Ils ont permis  à la fantasy ambitieuse et de qualité d’être diffusée à la télé et d’être un carton d’audience, je ne peux que les remercier. Cette série va en appeler d’autres.

Y’a-t-il des différences entre la narration du livre et celle de la série qui t’ont particulièrement agacée ?
Bien sûr ! J’ai été tout d’abord déçue par certains compromis comme le fait que deux personnages n’ayant pas de "point de vue" se rencontrent. Je m’explique. Beaucoup de la saveur des premiers bouquins provient du fait que le lecteur suit le point de vue de personnages "positifs", la plupart des Stark, qui se font manipuler. Le lecteur tombe des nues à la fin du bouquin en découvrant qui tire réellement les ficelles. Je me souviens d’une scène entre Littlefinger et Cersei dans la première saison qui n’avait aucun sens. Dans le livre, ils étaient en train de comploter contre Robert Baratheon et Ned Stark, cela le lecteur ne le sait pas, et dans la série, ils échangent des platitudes...
La série est très édulcorée par rapport aux bouquins : tortures, viols, sadisme... Martin s’est inspiré de la Guerre de Cent ans et de la Guerre des deux Roses pour décrire les horreurs de la guerre et ses conséquences. Dans le tome 2, Arya tente de rejoindre le Nord et est le témoin des horreurs des tortures infligées par la Montagne dans les campagnes. La série ne peut pas tout montrer non plus…
Une autre différence entre les livres et la télé : la nudité ou le sexe. Il y a un peu trop de scènes se passant dans des bordels qui n’apportent absolument rien à l’histoire et sont gratuites. Mais peu de scènes explicites entre les personnages principaux ou très peu. C’est un peu dommage vu que Martin n’est pas avare de ce genre de scènes entre ses personnages principaux.

T’es-tu posé la question de ne pas voir cette saison tant que le livre n’était pas sorti ?
Oui, bien sûr, et pendant très longtemps ! Je suis évidemment impatiente de connaître la suite et comme je suis entrée dans cet univers par les bouquins, c’est par ce médium que je veux connaître la suite. J’ai hâte de connaitre les réponses aux questions que je me pose depuis 15 ans, qui ne pourront être répondues qu’à travers le bouquin. Qui d’autre qu’un fan du livre a envie d’en savoir plus sur Ashara Dayne et ses liens avec Ned Stark? Le spectateur de la série télé s’en fout !
Mais je suis également fan de la série télé et de ses personnages qui sont différents. Sansa est beaucoup plus sympathique du fait de l’interprétation de Sophie Turner. Difficile pour un fan du bouquin de lui pardonner puisque c’est elle qui a trahi son père en allant révéler ses plans à Cersei à la fin du tome 1.
Et puis je suis curieuse ! Martin a révélé la fin de la série et certains éléments essentiels à David Benioff et D.B. Weiss, donc je voulais voir ce que ça donnait à l’écran. J’ai donc regardé la série télé comme tout le monde, le lendemain de sa diffusion. Je n’ai pas regretté ma décision.

Finalement, qu’as-tu pensé de cette saison 6 ?
 Je n’ai pas été déçue ! C’était une très bonne saison de GoT, beaucoup plus équilibrée que certaines autres, finalement. Il y a eu du fan service pour tout le monde ! The Tower of Joy, le combat entre le jeune Ned Stark et Ser Arthur Dayne, Lyanna sur son lit qui murmure quelque chose d’inaudible à son frère, mais on entend le mythique "Promise me", la confirmation de la théorie R+L=J, les retrouvailles très intenses entre Brienne et Jaime... En fait, tout ce qui est raconté, en flashback, dans le premier tome, a été transposé de manière très intelligente à travers les pouvoirs de Bran, grand absent de la saison précédente.
C’est également une saison plus "méta" que les précédentes, avec  une mise en abyme lorsque Arya assiste à la pièce de théâtre  qui raconte le show de manière populaire et truculente ou lorsque nous entrons dans l’immense bibliothèque d’Oldtown et que nous voyons le globe avec l’anneau sur lequel se trouvent les emblèmes de toutes les grandes familles de Westeros, comme dans le générique. J’ai adoré ces détails.
La série télé a été très critiquée pour son traitement infligé aux personnages féminins, mais cette saison c’était Girl Power ! Sansa, très naïve dans les premiers tomes a appris à jouer le jeu des trônes, Daenerys ne perd plus de vue son objectif, rentrer à Westeros et conquérir le royaume de ses ancêtres, Lyanna Jormont (la petite de 10 ans) qui en deux scènes écrase de sa présence tout le monde et rallie les seigneurs du Nord à la cause des Stark, Yara Greyjoy veut devenir la première reine des Ironborn, Arya a vengé sa mère et son frère...
Il y a eu un bon compromis entre les scènes de bataille qui apportent une bonne dose d’action et les scènes intimistes. L’épisode 9, The Battle of the Bastards, était parfaitement réalisé avec une scène finale satisfaisante pour qui voulait voir Ramsay mordre la poussière.

As-tu retrouvé la patte de Martin ? Pour toi, s’agit-il vraiment de Game of Thrones ?
Le style de Martin se caractérise par le réalisme, une intensité de la narration qui conduit à des révélations brutales,  un style direct voir cru et le goût du contre-pied. En interview il explique régulièrement qu’il a pris le contre-pied de la fantasy classique où les personnages principaux s’en sortent constamment par miracle. Mais il n’y a eu personne pour sauver Ned Stark au dernier moment. Cependant même si l’univers de Martin est sombre, il n’est pas sans espoir. Il contrebalance constamment une situation négative par un événement positif. Je pense notamment au tome 1 et à la mort de Ned Stark contrebalancée par Robb remporte la première bataille contre les Lannister aux Whispering Woods. Drogo meurt, mais les dragons naissent. Le Red Wedding, événement cataclysmique s’il en est pour le fan, est contrebalancé par le Purple Wedding. J’ai reconnu sa patte dans certains épisodes, notamment sa volonté de surprendre, la violence et la noirceur de certaines situations comme le suicide de Tommen. 
Après, est-ce que j’ai été choquée au point d’avoir eu envie de casser ma télé comme le jour où j’ai balancé mon bouquin après avoir lu le chapitre du Red Wedding ? Non... Il n’y a eu aucun moment de ce niveau cette saison.
Mais je ne veux pas résumer Martin aux scènes chocs qui touchent le fan. Il décrit des situations et dépeint des personnages très profonds et réalistes, voir truculents. Tyrion a des chapitres extraordinaires.
Certains épisodes étaient particulièrement forts, et dignes de son talent de conteur. Je pense à The Door. J’ai lu après coup qu’il avait révélé ce point narratif aux créateurs de la série télé. Au niveau émotionnel le fan se régale. David Benioff et D.B. Weiss ont tout compris à Martin.

Si Martin sort finalement ses suites un jour, t’attends-tu à de grosses différences avec ce qui nous a été raconté dans cette saison 6 ?
Je n’en sais rien ! Comme beaucoup de personnes, j’ai lu les chapitres de Sansa et Ariane Martell qu’il a mis en ligne sur son blog mais qui ne nous apprennent rien de nouveau. Il y a pas mal de différences entre le bouquin et la série. Stannis sa femme, sa fille, Barristan the Bold, the Blackfish, Margeary, Loras sont pour l’instant bien vivants. Certains comme Barristan détiennent des pièces du puzzle puisqu’ils étaient présents au fameux tournoi d’Harrenhal où Rhaegar Targaryen a couronné Lyanna Stark reine d’amour et de beauté. Mais là où la série télé est intelligente, c’est qu’elle ne supprime que des personnages secondaires du bouquin qui ne font a priori pas avancer l’intrigue principale comme Jon Snow ou Daenerys.
Il y aura forcément des différences pour certains personnages puisque l’histoire de Sansa est totalement différente de la série télé. Elle est toujours au Val d’Arryn sous la protection de Littlefinger et son histoire dans la série télé est celle d’une de ses amies que l’on fait passer pour Arya...
Mais la trame générale reste pour l’instant globalement similaire, ce qui me satisfait. J’ai été séduite par la manière dont les auteurs de la série ont utilisé des éléments du tome 4 comme le siège de Riverrun ou du tome 5, où l’on apprend que Dorne est secrètement du côté des Targaryen depuis le début pour que la série télé et les bouquins retombent sur leur pied.
Je ne suis bien sûr pas dans le secret des dieux -  Martin en l’occurrence ! - mais tout ceci me laisse bon espoir qu’en empruntant des chemins détournés du fait des contraintes de leur médium respectifs, la série et les bouquins se terminent plus ou moins de la même manière pour les personnages principaux.

Si tu ne devais retenir qu’une chose de cette saison 6 ?
C’est l’épisode The Door qui reste ancré en moi. D’un point de vue émotionnel, c’est très fort. La réalisation est incroyablement efficace. Du scénario au jeu d’acteur, en passant par le montage et la musique, tout fonctionne.  J’ai encore des frissons en repensant à la scène finale… je ne  m’y attendais pas, c’était un choc incroyable. "Hold the door, hold the door...".

L'Oncle Owen
Enregistrer un commentaire