vendredi 26 mai 2017

Le Festival de Cannes selon Virginie Devesa (Alpha Violet)

Buzz : Co-gérante de la société de ventes internationales Alpha Violet, Virginie Devesa vient faire son marché au Festival de Cannes depuis près de vingt ans. Une expérience qu'elle nous raconte à travers le Questionnaire cannois (lire nos interviews). Il y est question de tourbillon, d'un canapé dans une piscine, de clopes et de trois prix.



Qu’êtes-vous venue faire à Cannes ?
Co-gérante d’une société de ventes internationales, Alpha Violet a un stand dans le marché du film du Cannes. Depuis la création de la société fin 2011, nous avons le même emplacement situé dans le Riviera et notre stand nous permet de donner de la visibilité à nos films – ceux en sélection, ceux à venir. Dès l’ouverture du marché, c’est à dire le mercredi 16, nous enchaînons les rendez-vous avec les acheteurs internationaux, distributeurs du monde entier, producteurs et programmateurs de festivals. C’est intense mais j’aime ce tourbilllon.
 
Combien de participations au festival ?
J’y suis allée pour la première fois en tant que journaliste pour un journal ukrainien. C’était en 1998 – j’y ai vu 51 films. Du coup, cette année marque le 19e anniversaire. Je n’ai jamais "décroché" depuis.
 
Qu’attendez-vous de l’édition 2017 ?
De belles rencontres tout d’abord, des surprises, des beaux films et des ventes ! Et puis l’assurance aussi par mon entourage professionnel que les films à venir ont un bel avenir devant eux. Mon travail consiste en une sélection de films auxquels je crois pour le marché de la distribution en salles donc je suis prête.
 
Quel est votre plus grand plaisir ?
Me retrouver avec un groupe d’amis complètement par hasard et boire des verres en parlant de films !
 
Qu’est-ce qui vous énerve ?
Que les films que je trouve médiocres plaisent à mes amis.
 
Votre plus beau souvenir ?
C’était en 2014, à la cérémonie de clôture de la Semaine de la Critique. Notre film The Tribe [de Myroslav Slaboshpytskiy, NDLR] a gagné trois prix – énorme moment d’émotions partagées avec l’équipe, mes proches et l’équipe de la Semaine.


Qu’avez-vous dans votre valise ?
Des vêtements chics et sports, des baskets, une robe de soirée et un petit blouson en cuir.
 
Avez-vous un truc pour tenir le coup ?
J’évite de rentrer trop tard car le rythme est infernal - j’ai fait une année sans boire un verre d’alcool mais par contre, la cigarette ne me quitte pas.
 
Avez-vous le souvenir d’une fête en particulier ?
Une fête dans la villa Maurice Tinchant et un dîner somptueux avec nappes blanches et tables rondes au milieu de la pelouse avec la vue sur Cannes illuminée et aussi la fête pour le film allemand The Edukators (compétition) en 2003 – images d’un canapé blanc qui flottait dans la piscine...



 
Pour quelles raisons reviendriez-vous à Cannes en tant que fan, pour des raisons extra-professionnelles ?
Je ne vais à Cannes que pour le festival.
 
Votre Palme d’Or préférée ?
Dans l’ordre des années : Pulp Fiction, 4 mois, 3 semaines, 2 jours, La vie d’Adèle.
 
Votre programme après le Festival ?
La continuation des fruits que j’aurais glané à Cannes !

Travis Bickle
Enregistrer un commentaire