Dossier

mercredi 17 mai 2017

Le Festival de Cannes selon Gérald Duchaussoy (Cannes Classics)

Buzz : Bienvenue à la saison 5 de notre Questionnaire cannois (découvrez nos interviews) ! Le principe : Cineblogywood soumet à des professionnels du cinéma douze questions sur leur Festival de Cannes. Premier rendez-vous avec Gérald Duchaussoy, assistant de Thierry Frémaux à Cannes Classics. Où il est question de jogging, de Chesterfield Light et de Mario Bava.




Qu’allez-vous faire à Cannes ?
Je m’occupe de Cannes Classics, où j'assiste le Délégué général du Festival de Cannes, Thierry Frémaux. Cannes Classics, c'est la section où sont programmés des films de patrimoine restaurés et des documentaires ayant trait au cinéma. Je m'occupe également du Cinéma de la Plage, où nous diffusons en majorité des films restaurés pour le grand public tous les soirs, sur la Plage Macé, à deux pas du Palais des Festivals, et enfin, de la Leçon de cinéma, lors de laquelle un grand réalisateur a une conversation avec un(e) critique de cinéma renommé. Cette année, il s'agira de Clint Eastwood et d'Alfonso Cuaron.

Combien de participations à Cannes ?
Seizième participation. Je suis mûr pour La Boum 3 ! J'ai auparavant longtemps travaillé au service de presse avant de changer de mission il y a quatre ans.  
 
Qu’attendez-vous de l’édition 2017 ?
En tant que membre de l'organisation, que tout se passe pour le mieux avec le plus de fluidité possible. J'espère en outre que la sélection que nous avons choisie sera vraiment appréciée. En cette année anniversaire, quel plaisir d'entrer dans les redécouvertes et les grands films qui ont fait l'histoire de Cannes. Et j'ai hâte de retrouver l'équipe avec qui je travaille habituellement à Cannes ou les nouvelles personnes qui nous rejoignent.    



Quel est votre plus grand plaisir ?
Voir que les salles sont pleines, qu’il y a de l’énergie, de l’attente et de la fébrilité dans l’air.
 
Qu’est-ce qui vous énerve ?
Une tête qui enfle à l’approche du Festival. Probablement due à une rage de dents. Et de ne jamais avoir assez de temps pour parler cinéma. 
 
Votre plus beau souvenir ?
La Planète des vampires à Cannes Classics ! Une super séance tardive, pleine de monde, de passionnés, pour revoir sur grand écran l'ancêtre d'Alien. J'adore le cinéma populaire italien, j'y trouve une richesse esthétique totalement bluffante, Mario Bava en est l'un des plus beaux représentants.


 
Qu’avez-vous dans votre valise ?
Vêtements, ordinateur, Chesterfield Light, So Film, Positif et Mad Movies. Ceci explique peut-être ma réponse à la question d'avant.   
 
Avez-vous un truc pour tenir le coup ?
Je cours tous les matins et bois beaucoup de café. Comme d’habitude ! Je ne change pas vraiment mon mode de vie, je dors encore moins que d'habitude en revanche. 
 
Avez-vous le souvenir d’une fête en particulier ?
Je ne sors pas le soir pendant Cannes et préfère garder mon endurance et ma concentration pour le travail. Ceci dit, je n’oblige personne à faire comme moi. Je sais pertinemment que je n’ai pas la force de faire les deux donc je m'abstiens. Ca tombe bien car je suis nul en soirée ! Je préfère dîner si possible car le temps est compté avec des amis que je retrouve avec plaisir.   
 
Pour quelles raisons reviendriez-vous à Cannes en tant que fan, pour des raisons extra-professionnelles ?
Je ne suis pas du tout bercé par la nostalgie donc j’irais ailleurs si je n’avais pas à y travailler. 
 
Votre Palme d’Or préférée ?
Ouh, difficile question ! Probablement Taxi Driver de Martin Scorsese en 1976 qui correspond en tous points à mes goûts cinématographiques. Je suis estomaqué par ce chef-d'oeuvre, son rythme, sa musique, sa vision du monde. 



 
Votre programme après le Festival ? 
Retrouver ma femme et ma fille.   


Suivez Gérald Duchaussoy sur Twitter : @LeGeee


photo de Gérald Duchaussoy : Oltrepensiero

Travis Bickle

Enregistrer un commentaire