A LA UNE

lundi 21 mai 2012

Cannes 2012 J5 - J6 : tempête, déprime, marmotte et tournante


Buzz : On ne va pas tourner autour du pot. Il y a une ambiance de merde au Festival de Cannes. La faute à la pluie. Que dis-je ! A la tempête qui s'est abattue sur la Croisette. Adieux bains de soleil, déj en terrasses et poses interminables devant les photographes avant la montée des marches. Le tapis rouge est détrempé, festivaliers et badauds se réfugient dans leurs chambres, grelotant de froid, le feu d'artifice de la 65e édition a dû être reporté à mardi. L'horreur.


Palme de plomb. Autre motif de dépression : la sélection qui, selon certains journalistes et blogueurs, ne seraient pas à la hauteur des précédentes éditions. Faut dire que dimanche, en plein déluge, la compétition accueillait Amour de Michael Haneke et La Chasse de Thomas Vinterberg. Le premier sur la vieillesse et le second sur un instit accusé d'abus sexuel sur une de ses élèves. De quoi plomber l'ambiance. Tandis que notre Mrs Peel ressortait des projos effondrée, notre Marge S avouait avoir beaucoup pleuré et qualifiait les deux films de chefs-d'oeuvre. Lesquels, selon elle, font "baisser la cote du Audiard, qui est bien en dessous". Toujours est-il que dans ce climat, beaucoup de festivaliers ont passé la soirée de dimanche devant leur téléviseur à regarder le dernier match du championnat de foot.

Soleil de 90 printemps. Face à autant d'éléments déchaînés, le rayon de soleil de ce début de festival pourrait venir d'un cinéaste de bientôt 90 ans (le 3 juin prochain), Monsieur Alain Resnais. Vous n'avez encore rien vu est le titre de son film en compétition officielle. Toute une promesse pour ce réalisateur qui a su, par le passé, charmer le public par ses oeuvres légères, drôles, intelligentes et poétiques. Pour ce nouveau film, on retrouve les habitués du maître et des nouveaux : Pierre Arditi, Mathieu Amalric, Sabine Azéma, Anne Consigny, Lambert Wilson, Anny Duperey, Michel Piccoli, Hippolyte Girardot et Denis Podalydès.


Palmiversaire. Déjà Palme d’Or pour Le Goût de la cerise au 50e Festival de Cannes, en 1997, Abbas Kiarostami revient en compét avec Like Someone in Love. Va-t-il obtenir une autre Palme en cette nouvelle édition anniversaire ? 
 
Marmotte coréenne. Après Amour, Isabelle Huppert est à nouveau à l'affiche d'un film en compét : In Another Country (Da-Reun Na-Ra-E-Suh) de Hong Sangsoo. L'histoire : "Dans un pays qui n'est pas le sien, une femme qui n'est à la fois ni tout à fait la même ni tout à fait une autre, a rencontré, rencontre et rencontrera au même endroit les mêmes personnes qui lui feront vivre à chaque fois une expérience inédite". Ben, moi, ça m'évoque furieusement le cultissime Un Jour sans fin (The Groundhog Day) !




Speed-dating cannois. Il s'en passe de belles à Cannes. Genre tournantes professionnelles, comme nous l'explique TF1 News. Bon, d'accord, mais dans les palaces, bordel ?! Qu'est-ce qu'il s'y passe, hein ?

Anderton


Suivez toute l'actualité du 65e Festival de Cannes
avec notre partenaire Excessif

Enregistrer un commentaire