mercredi 28 septembre 2016

2006-2016 : 10 ans de cinéma et séries selon Laurent Cotillon - #Cineblogywood10ans

Buzz : Dans la cadre du 10e anniversaire de Cineblogywood, nous soumettons un questionnaire sur la décennie écoulée aux professionnels du 7e art et de la télévision. Directeur exécutif du Film français et de Première, Laurent Cotillon occupe un poste de vigie qui rend son opinion particulièrement intéressante. Et ce d'autant qu'il n'a pas perdu l'essentiel : sa passion de spectateur.



Quels sont les films marquants de ces dix dernières années ? Et les pires ?
Laurent Cotillon : Intouchables est clairement un film marquant. Par ce qu’il a véhiculé et par l’ampleur de son succès. Un Prophète reste aussi un vrai moment de cinéma. Côté international, Avatar a été un choc, tant sur le plan de l’industrie – le cinéma numérique s’est imposé grâce à Avatar – que sur le plaisir de spectateur. 2006, ce sont aussi les premiers pas de Daniel Craig dans le costume de James Bond, à qui il va donner un vrai nouveau souffle, et redonner un peu d’aspérité à un personnage devenu trop lisse.
Les pires, je les oublie ! Et quand on a peu de temps, on se focalise sur les meilleurs !

Quelles sont trois séries qu'il faut impérativement avoir vues depuis 2006 ? Et celle qu’il faut éviter de voir ?
The Walking Dead, Game of Thrones, Banshee, Stranger Things, Sherlock... ça fait déjà plus de trois ! Mais il y a une telle offre de qualité ! Côté à éviter, là aussi, je suis frappé d’amnésie.

Quels sont les succès les plus immérités et les échecs les plus injustes de ces dix dernières années ?
Un succès immérité n’existe pas. Si le film a rencontré du succès, c’est que le travail a été bien fait, et qu’un public existe. Des échecs injustes, il s’en produit chaque semaine... Dans les années récentes, j’ai trouvé l’accueil et la carrière de The Search, de Michel Hazanavicius, particulièrement sévères. Le film n’était pas au niveau de The Artist, mais pas le mauvais film que l’on a voulu nous faire croire qu’il est...

Quel a été le talent qui a changé la donne depuis dix ans aux Etats-Unis ou en France ?
La décennie a été marquée par l’émergence de deux grands talents : Christopher Nolan et de Xavier Dolan. Si j’étais un jeune cinéaste et que je m’appelais Tolan ou Bolan, je tenterais ma chance... J.J. Abrams a aussi été un marqueur générationnel.
James Cameron a permis, avec Avatar, de clore le débat sur l’intérêt du numérique au cinéma, et de la 3D. Il réfléchit avec 10 ou 20 ans d’avance...
En France, Luc Besson a profité de ces 10 années pour réinventer une économie. Son projet de Cité du cinéma, de studio international avec séries TV, films internationaux, écoles, post-production, est unique.

Quelle est l'actu liée au monde de l'entertainement qui a,  selon vous, eu le plus d'impact depuis 10 ans ?
L’émergence de Netflix et des services américains de SVOD. Ça révolutionne tout un modèle économique, et on n’a pas fini d’en mesurer l’impact. Dans un autre genre, la concentration de Pixar, Marvel et Lucasfilm au sein de Disney a créé un nouveau modèle très fort.

Quelle est la scène de film ou de série sorti(e) depuis 2006 qui ne vous quitte plus ?
Question difficile... Réponse facile : non pas que la scène soit – et de loin – un moment d'anthologie de cinéma, mais quand Chewbacca et Harrison Ford surgissent à l’écran dans Star Wars Le Réveil de la force, je n’ai pas pu m’empêcher d’être ému de les retrouver. Ce sont des amis d’enfance qu’on mourrait d’envie de revoir depuis 38 ans !

Comment voyez-vous le cinéma dans 10 ans ?
Vivant, déjà. Au cinéma, ensuite. Avec des salles qui auront revu leur rapport au public. On pourra le consommer avec plus de liberté, sur davantage d’écrans, mais la salle restera essentielle car c’est un lieu de vie, un vecteur de lien social avant tout.
D’un point de vue plus professionnel, il est probable qu’il faudra apprendre à faire des films moins chers, avec des montages financiers différents.

Quel(le) Français(e) obtiendra le prochain Oscar d'ici à 2026 ?
Sans lui faire offense – d’autant qu’il l’a mérité ! – qui aurait pu prédire un an avant son Oscar que Jean Dujardin en remporterait un ? C’est une science inexacte... On a de merveilleux jeunes talents en France, mais l’Oscar, c’est une course, et un "time to market", comme le disent les Américains. Une alchimie qui tient à peu, et qui la rend imprévisible.

Quel est le film que vous rêveriez de voir dans les dix ans à venir ?
Très difficile question... J’aimerais que la France réussisse mieux dans le film de genre, qu’elle exprime son talent dans d’autres styles que le film d’auteur et la comédie... Sinon, il y a quelques années, j’aurais répondu Star Wars Episode VII ! J’ai été exaucé, donc je me livre aux surprises... Et il y en a de belles : il suffit de voir Ma vie de courgette !

Quel conseil souhaiteriez-vous donner à l'équipe de Cineblogywood et à ses lecteurs pour aborder la prochaine décennie ?
Ménagez-vous du temps de cerveau disponible pour ingurgiter tous ces films et séries ! 

Suivez @lcotillon sur Twitter 

A lire aussi :

Anderton

Enregistrer un commentaire