lundi 17 octobre 2016

Festival Lumière 2016 : Deneuve la comique (6/6)

Artistes : A l'occasion du Prix Lumière 2016 attribué à Catherine Deneuve par le Festival Lumière, Cineblogywood revient sur les films moins connus de l'actrice française. Académique, glacée... Deux adjectifs qui reviennent souvent pour décrire la Grande Catherine. Or, celle-ci sait aussi s'amuser !




On l’avait vue virevoltante chez Jean-Paul Rappeneau ou en femme fatale chez Yves Robert. Il a fallu attendre la fin des années 1990 pour qu’elle assume enfin ! Et avec quel talent ! Catherine plonge dans la comédie pure avec joie. Comme nulle autre comédienne de sa génération. Bonheur de la voir jouer de son image glamour en la dégénérant – Huit femmes (2001) de François Ozon -, d’interpréter ici une reine mère peau de vache – Palais Royal (2005), de Valérie Lemercier – là une femme au foyer radieuse de ranger son lave-vaisselle en entonnant du Michèle Torr – Potiche (2010), de François Ozon – ou de proférer des insanités sur sa propre famille dans son propre jardin – Un conte de Noël (2008) d’Arnaud Desplechin. 


Résultat : Catherine Deneuve est désormais partout, demandée par les plus jeunes, comme par les vétérans, de Gaël Morel à Paul Vecchiali, en passant pour 2017 par Martin Provost ou Thierry Kliffa, parcourant tous les genres, toutes les générations. Un regret ? Qu’elle n’ait jamais abordé les univers de Chabrol, Blier et de Sautet, dans lesquels elle aurait fait merveille.

Travis Bickle

Enregistrer un commentaire