mercredi 26 octobre 2016

The Neon Demon : néant ou dément ?

En DVD et Blu-ray : Applaudi et hué au Festival de Cannes, The Neon Demon est un objet cinématographique non identifié. Sa sortie en vidéo permet d'en prendre toute la (dé)mesure.




A Los Angeles, une jeune femme court les castings pour devenir mannequin. Sa beauté fascine mais elle se heurte également à la jalousie des autres apprenties top models. La Cité des Anges abritent bien des démons. L'histoire pourrait sembler un prétexte à une démonstration virtuose de mise en scène signée Nicolas Winding Refn. Car chaque plan est une merveille de composition. Les mouvements de caméra ensorcèlent le spectateur, le montage le met sous tension. Pour autant, rien n'est gratuit : le fond rejoint la forme. The Neon Demon est un film de toute beauté sur la beauté... et les excès et ravages qu'elle provoque. Le clinquant, la vulgarité, l'inanité, la violence qu'elle inflige au corps et à l'esprit... c'est aussi de cela que traite le film. Et quel meilleur catwalk que L.A., dont les lumières brillantes inondent d'immenses boulevards désincarnés tandis que, dans l'ombre, des allées glauques mènent à des motels miteux.

Sans tomber dans l'analyse capillotractée, on peut aussi voir dans The Neon Demon le tableau sans concession du cinéma, dans lequel l'art est convoîté, séduit, avalé, souillé par l'industrie hollywoodienne... Les acteurs apportent leur innocence (Elle Fanning) ou leur ambiguïté (Keanu Reeves, Jena Malone), participant pleinement à l'étrangeté du film. Envoûtante aussi, la B.O.F. electro de Cliff Martinez. Bref, tout concourt au choc esthétique annoncé. Les réactions ne peuvent être tièdes.

Comme Yeezus

Quant à moi, j'ai été sidéré par ce que j'ai vu : ai-je été troublé par un film très en avance sur son temps ou ai-je été pris de vertige face à la beauté du vide ? Je ne suis toujours pas parvenu à trancher. Cela m'a fait penser à l'album Yeezus de Kanye West, à la fois emballant et déroutant, souvent génial et tournant parfois à vide. 

Les bonus, proposés par Wild Side, sont à ce titre passionnants, notamment l'entretien avec NWR. Le cinéaste, un brin poseur mais brillant, affiche son ambition - celle de faire un cinéma radicalement différent, qui provoque des réactions vives -, explicite sa réflexion et détaille sa méthode. Cette belle édition, qui met bien en valeur la photo et la bande-son du film, est parfaite pour se faire une idée de ce qu'est The Neon Demon. Ou, à défaut, d'en saisir la portée esthétique. 

Anderton
Enregistrer un commentaire