vendredi 18 novembre 2016

Garde à Vue : 6 raisons de se faire coffret


En DVD et Blu-ray : J'irai droit au but. Garde à Vue (1981) est un chef-d'oeuvre et TF1 Vidéo a eu la riche idée de le mettre en valeur dans un superbe écrin : une édition Digibook Collector. Indispensable pour 6 raisons.


Pour son histoire glauque et bouleversante
Cherbourg, le soir de la Saint-Sylvestre. Jérôme Martinaud, notaire, est convoqué à l'hôtel de police pour répondre aux questions de l'inspecteur Gallien et de son adjoint Belmont. Le notable a découvert le cadavre d'une petite fille, qui a été violée et étranglée. C'est la deuxième fillette ainsi assassinée en huit jours dans la région. L'interrogatoire est tendu et se transforme en garde à vue. 


Pour son face-à-face d'anthologie
Michel Serrault/Martinaud face à Lino Ventura/Gallien. Deux monstres sacrés du cinéma français qui se retrouvent pour la première fois au générique d'un film. Deux styles de jeu : Serrault le comédien, qui crée un personnage, opposé à Ventura l'acteur, qui est son personnage. Fascinant à voir ces artistes qui se jaugent avant d'essayer de se dominer l'un l'autre, à l'instar de leurs personnages. Pour autant, ils ne tombent pas dans le piège de la compétition d'ego. César mérité du meilleur acteur pour Michel Serrault. L'Académie aurait dû récompenser également le Lino. Cela aurait eu de la gueule.
Grandioses, Serrault et Ventura n'occultent pas les performances de leurs camarades. Guy Marchand est excellent dans le rôle de Belmont, le beauf qui vient casser l'émotion par ses remarques déplacées. Encore un César mérité. Quant à Romy Schneider, elle est éblouissante en épouse blasée de Martinaud.  

Pour son dialogue ciselé
Ce quatuor trouve le ton juste pour dire le texte signé Michel Audiard. Lequel met en sourdine ses répliques tonitruantes pour composer un dialogue quasi-littéraire, bouleversant, terrible. Un des plus beaux composés par Audiard. Un des plus sombres aussi. César du meilleur scénario. L'unique dans la carrière du Michel.

Pour sa mise en scène virtuose
Dans un environnement contraint (un commissariat, la nuit - soit dit en passant les décors et la photo sont magnifiques), Claude Miller parvient à proposer une mise en scène discrète mais inventive, pleine de sens. Il échappe au double écueil du théâtre filmé et de la démonstration technique. Il faut une deuxième vision pour tant bien que mal s'extraire du film et admirer le travail du cinéaste.

Pour sa musique entêtante
Georges Delerue, le grand Georges Delerue, signe une partition d'une simplicité apparente. Le flonflon d'un manège. A la fois enjoué et d'une infinie tristesse. Comment Delerue a-t-il réussi cet improbable grand écart ? Génie. 

Pour ses bonus passionnants
Outre un livret, TF1 Vidéo propose dans un Blu-ray et un DVD le film dans une version restaurée HD de toute beauté. Un petit reportage d'époque montre les coulisses du tournage, avec des interviews (par Michel Drucker déjà) de Ventura et Serrault tandis que dans un entretien, Patrice Leconte explique en quoi la mise en scène de Miller est "exemplaire". Enfin, un doc de 30 minutes décrypte la production du film, avec des interventions de Claude Miller, de son épouse, de son fils et de ses collaborateurs de l'époque. On apprend que Serrault et Ventura se respectaient mais ne s'entendaient pas plus que ça (après avoir visionné le film, Ventura dira à Miller : "On a fait un beau cadeau à Michel"), que Miller avait accepté cette oeuvre de commande après un échec (son deuxième film) et quatre ans sans tourner et puis qu'il avait pris le projet à bras le corps, s'imposant parfois, lui le "petit jeune", face à Audiard ou Serrault. Pa-ssio-nnant !

Un chef-d'oeuvre à garder bien en vue dans votre vidéothèque.

Anderton
Enregistrer un commentaire