mardi 29 novembre 2016

Gueule d'amour : 4 raisons de craquer avec Gabin

En DVD et Blu-ray : Avant d'être mon nom de code au sein de la rédaction de Cineblogywood, Gueule d'amour est un film réalisé en 1937 par Jean Grémillon avec un Jean Gabin à contre-emploi. Un film étonnant donc, que TF1 Vidéo a la bonne idée de sortir dans sa collection Héritage. A voir pour quatre raisons au moins.



Une romance politique
En 1937, à Orange, toutes les femmes se pâment pour un militaire du régiment des spahis : Lucien Bourrache, au sourire enjôleur et aux yeux bleus hypnotisants, qui porte avec classe le burnous. Il en fait tellement chavirer des coeurs, que le soldat est surnommé Gueule d'amour. Et puis, un soir de permission, à Cannes, le séducteur du Vaucluse tombe sous le charme d'une grande bourgeoise parisienne, Madeleine Courtois. Le Lucien découvre à son tour l'amour. Celui qui enflamme... et brûle. Revenu à la vie civile, le voici qui monte à Paname pour retrouver l'élue de son coeur. Laquelle s'avère être une cocotte entretenue. Pour Lucien, désillusions et humiliations s'enchaînent.
Au-delà de l'histoire d'amour contrarié, le film raconte la France du Front populaire, avec son petit peuple d'ouvriers qui triment toute la journée et ses nantis qui vivent dans un luxe indécent. Deux mondes incarnés par Lucien et Madeleine. Chronique d'un échec annoncé.

Jean Gabin à contre-emploi
Méga star de l'entre deux guerres, Gabin est la Gueule d'amour du cinéma français. Dans la première partie du film, l'acteur excelle dans le rôle du titi parisien séducteur. Puis, alors que Madeleine (Mireille Balin) se joue de Lucien, Gabin devient dur, à la Gabin quoi, avant de baisser les bras et de courber l'échine. C'est Jean qui rit et Jean qui pleure. Oui, Gabin pleure et part se réfugier dans les bras de son meilleur pote (René Lefèvre) ! Finis le regard ensorcelant, la mâle assurance... Lucien est devenue une loque et Gabin révèle toute sa finesse de jeu, en un regard perdu, en une démarche traînante.



Jean Grémillon, cinéaste sensible
Grémillon filme ce drame avec beaucoup de sensibilité, au plus près des personnages, avec une sincère bienveillance pour les "petites gens". Pas de message politique appuyé pour autant : les situations parlent d'elles-mêmes sans que le cinéaste ait besoin de forcer le trait. Quant à sa mise en scène, elle évite l'esbrouffe tout en offrant des points de vue originaux et des plans de toute beauté, grâce à la photo de Günther Rittau, qui avait notamment travaillé sur Metropolis et L'Ange Bleu. La restauration du film est juste sublime.


A video posted by Anderton CineBlogywood (@cineblogywood) on

Un bonus passionnant
Deux spécialistes de Gabin et Grémillon reviennent sur les carrières des artistes et décortiquent le film. On découvre que ce dernier a été coproduit par les Allemands (les scènes d'intérieur ont été tournées en Allemagne), que Grémillon n'en a pas moins disséminé des références à ses sympathies communistes, qu'il s'est inscrit dans le sillage de l'expressionnisme allemand (cherchez les ombres !), qu'il a décrit avec beaucoup de tendresse l'amitié entre Lucien et son copain sans forcément tomber dans la fable homo-érotique... 

Le combo Blu-ray + DVD est accompagné d'un livret. Laissez-vous charmer.

Anderton





Enregistrer un commentaire