jeudi 24 novembre 2016

Nos Meilleures Années : saga culte à l'italienne

En DVD et Blu-ray : Oeuvre atypique, fleuve, Nos Meilleures Années (La Meglio Gioventu, 2003) de Marco Tullio Giordana sort en vidéo dans une version remastérisée. L'occasion de se laisser emporter par une saga familiale qui traverse 40 ans d'histoire italienne.



Deux frères, deux époques, deux parties, un pays et six heures d'émotions pures. Oui, six heures qui passent à toute vitesse tandis que Nicola (Luigi Lo Cascio) et Matteo (Alessio Boni) Carati, jeunes Romains fraîchement diplômés à la fin des années soixante, mûrissent, se cherchent, s'affirment, doutent, aiment, pleurent, souffrent... Marco Tullio Giordana filme la vie qui file. Avec pour théâtre l'Italie où la dolce vita semble bien éphémère alors que la crise économique frappe les plus faibles et qu'une guerre civile larvée divise la population. Age d'or et années de plomb. L'Histoire à la rencontre du quotidien. Et c'est toute la société italienne qui se révèle, avec ses traditions, ses archaïsmes, son charme fou.


Les deux frères et leurs proches subissent les coups du sort, résistent parfois. L'humanité surnage dans ce maëlstrom de catastrophes nationales ou personnelles. Les personnages sont attachants car ils sont vrais. Simples mais jamais caricaturaux. L'identification marche à plein. Leurs joies sont les nôtres, leurs malheurs nous tirent des larmes. Les acteurs sont parfaits.

De la Rai à Cannes

Tourné à l'origine pour la télévision, Nos Meilleures Années est finalement présenté en deux parties au Festival de Cannes 2003, où il est primé dans la catégorie Un Certain Regard. Pour autant, la forme n'a rien d'un téléfilm : au service de l'histoire et des personnages, la mise en scène est plutôt sobre mais le cinéaste s'autorise quelques envolées (parfois le temps d'un plan) qui font toujours sens.

Pyramide Video propose une belle version remastérisée en trois DVD ou, pour la première fois, en deux Blu-ray. En bonus, un entretien inédit avec Marco Tullio Giordana et un making of. Lasciatevi portare, dai !

Anderton



Enregistrer un commentaire