Cannes 2022

mercredi 18 octobre 2017

Félicité : son fils, sa bataille

En DVD : Grand prix du jury au Festival de Berlin 2017 et Etalon d'or de Yennenga au Fespaco de Ouagadougou, Félicité est disponible en vidéo. Une histoire forte, à l'image de son personnage principal, qui nous plonge au coeur de la vibrante Kinshasa. 



Kinshasa, la nuit. Dans les bars, on boit, on parle fort, on danse, on drague. De sa voix légèrement voilée, Félicité emporte l'assistance, la fait lever et se trémousser. Tabu a beau être bourré, il n'a d'yeux que pour la chanteuse. Le lendemain, c'est lui qui vient réparer son frigo en panne. Il tente bien de la séduire mais Félicité apprend que Samo, son fils, a été victime d'un grave accident de moto. Elle doit impérativement trouver de l'argent pour qu'il puisse être opéré rapidement. En mode commando, Félicité n'y va pas par quatre chemins.
 

 
Alain Gomis brosse un beau portrait de femme, une femme fière et forte, une mère courage prête à tout pour sauver son enfant. Et sans pour autant perdre sa dignité. Il nous plonge aussi dans les quartiers populaires de Kinshasa. Pas de misérabilisme. Un regard honnête sur le Congo. Les rues qui ne sont pas toutes bitumées, l'hôpital qui manque cruellement de moyens, la violence qui explose... mais surtout un peuple qui se débrouille, qui bosse, qui prie, qui fait la fête. Système D souvent, arnaques parfois. Pour autant, les petites mesquineries n'empêchent pas les élans de solidarité. A condition de ne pas pleurer sur son sort. On ne s'en sort que si l'on se bat. Félicité en est la parfaite illustration. Les rapports humains sont francs, secs même. On ne tourne pas autour du pot. On dit ce qu'on pense sans prendre de gants. Ce n'est que dans les chansons que le lingala devient poétique. Tout en restant roublard. L'humour est bien là, d'ailleurs. Félicité n'est pas une oeuvre sombre.
 
A fleur de peau
 
La caméra de Gomis suit les personnages au plus près. Beaucoup de plans rapprochés, de gros plans. Une expérience immersive pour le spectateur, qui se retrouve au coeur de l'action, à hauteur d'homme. Et de femme ! La véracité des situations et la sincérité des protagonistes tient aussi au casting. Véro Tshanda Beya Mputu (Félicité), Papi Mpaka (Tabu) et Gaetan Claudia (Samo) ne sont pas des acteurs professionnels. Leur jeu participe à l'approche naturaliste de Gomis. Ce qui n'empêche pas des partis pris de mise en scène ainsi qu'un formidable travail sur le son et la musique, notamment celle du Kasai Allstars, dont certains morceaux remixés se retrouvent dans le DVD édité par Jour 2 Fête.
 
Loin des clichés, Alain Gomis signe une histoire universelle, forte, tout en nous faisant ressentir la formidable énergie d'une métropole foutraque mais ô combien vivante.
 
Anderton
 
 

Aucun commentaire: