lundi 24 novembre 2014

Règlement de comptes : le film noir selon Fritz Lang



En DVD et Blu-ray : Quand le chantre de l'expressionnisme au cinéma se tourne vers le film noir, cela donne un diamant dont l'éclat est enfin retrouvé avec une édition somptueuse. Signé Fritz Lang, Règlement de comptes (The Big Heat, 1953) sort pour la première fois au monde en haute définition chez Wild Side. Impossible de passer à côté.



Un flic se suicide ; un collègue enquête et met au jour la corruption qui gangrène la ville. Lorsque le parrain local s'attaque à ce qu'il a de plus cher, l'inspecteur Bannion n'aura plus qu'une idée en tête : se venger. Installé à Hollywood depuis les années 30 pour fuir l'Allemagne nazie, Fritz Lang brosse le tableau d'une Amérique apparemment opulente et heureuse pour en faire progressivement apparaître les failles. Cette richesse n'est pas partagée par tous et ceux qui en profitent l'ont acquise au mépris de toutes les valeurs, toutes les lois du pays. 

Scorsese et Mann en bonus

Dans le rôle du flic honnête, Glenn Ford. Le sympathique Glenn Ford et sa bonne bouille. L'acteur parvient à casser son image de gendre idéal pour se transformer en homme rongé par son désir de vengeance et prêt à toutes les violences pour faire payer les coupables. Il parvient à rester crédible quand il fait baisser les yeux à Lee Marvin - faut le faire ! D'autant que Lee Marvin incarne une belle ordure capable du pire, le spectateur le découvrira lors d'une scène choquante (pire que celle où il malmène une aveugle dans A Bout Portant). Il ne faut d'ailleurs pas oublier Gloria Grahame et Jocelyn Brando, qui interprètent deux femmes fortes. A noter également la présence de Carolyn Jones (Morticia Addams dans La Famille Addams)

Grâce à deux bonus passionnants, une interview de Martin Scorsese et une interview de Michael Mann, on apprécie d'autant plus la mise en scène apparemment "plate" de Lang (par rapport à sa période allemande) mais en fait pleine de maîtrise pour diriger le regard du spectateur. C'est un bonheur d'entendre les deux cinéastes expliquer à quelle point Règlement de comptes est une oeuvre phare, qui les a profondément marqués. Ils remettent le film dans son contexte, dressent un parallèle entre le film noir et l'existentialisme... Un bonheur de cinéphile ! Le coffret, qui contient un Blu-ray et un DVD, est complété par un livre rédigé par Jean Douchet. Un must have.

Anderton


Enregistrer un commentaire