Belmondo : films, anecdotes...

mercredi 9 mai 2018

Le Festival de Cannes selon Thierry Chèze (Studio)


Buzz : Pour la sixième année consécutive, Cineblogywood a soumis son Questionnaire cannois (découvrez toutes les interviews) à des professionnels du cinéma habitués - ou pas - du Festival de Cannes. Premier rendez-vous avec Thierry Chèze, rédacteur en chef du magazine Studio nouvelle formule. Où il est question d'une projection électrique, d'un imperméable et de Catherine Deneuve se faisant préparer des pâtes.



Qu'allez-vous faire à Cannes ? 
Couvrir le festival pour Studio et assurer la voix-off de la cérémonie de clôture pour Canal+.

Combien de fois avez-vous participé au Festival ? 
Ce sera ma 14e édition.

Qu’attendez-vous de cette édition 2018
Comme toujours les surprises dont la veille du festival on avait à peine entendu parler : les Ava, Petit Paysan, Le Fils de Saul ou Valse avec Bachir de 2018...

Quel est votre plus grand plaisir pendant le Festival ? 
Enchaîner les projections de films, dont, pour l'immense majorité, on ne connaît rien d'autre qu'un synopsis. Cannes, c'est comme les J.O. ou la Coupe du Monde de foot, les meilleurs s'y retrouvent toujours. Sauf que cela se produit chaque année et pas tous les quatre ans.

Qu’est-ce qui vous énerve le plus ?
Tous ceux qui, chaque année, vous explique que décidément Cannes, c'était mieux avant.

Quel est votre plus beau souvenir ? 
Ma première projection cannoise officielle en soirée : celle électrique de Pulp fiction en 1994.


Qu’y a-t-il dans votre valise ?
Des tenues printanières pour parcourir la Croisette du matin au soir. Et depuis les averses diluviennes qui avaient précédé la projection de presse de La Vie d'Adèle en 201,3 un imperméable pour se protéger de la seule vraie ennemie de la quinzaine cannoise : la pluie.

Quel est votre truc pour tenir le coup pendant la quinzaine ?
Faire strictement l'inverse de ce que je fais à Paris : me coucher tôt. 

Pour quel(le) artiste redeviendriez-vous un fan de base si vous le/la croisiez sur la Croisette ?
Winona Ryder.

Votre fête cannoise la plus délirante, c’était où et quand ?
Ma première année à Cannes. Fête organisée par Studio Magazine dans la villa qu'ils occupaient alors, avec le souvenir de Jean-Pierre Lavoignat, alors directeur du journal, préparant des pâtes pour Catherine Deneuve dans la cuisine, à l'abri de la foule [Jean-Pierre Lavoignat en parle aussi dans son Questionnaire cannois de 2016, NDLR].

Quelle est votre Palme d’or préférée ? 
Apocalypse now.


Quel est votre programme après le Festival ?
Enfin dîner entre amis et se coucher tard.

Allez, deux questions bonus pour évoquer le retour de Studio en kiosques depuis le 4 mai. Il renoue avec sa première formule "haut de gamme et glamour". Votre positionnement, c'est le chic tous les trois mois plutôt que le buzz permanent ?  
Le 7e art... de vivre. Profiter de ce rythme pour en effet ne pas coller à l'actualité à tout prix. Et surtout mettre en valeur les artistes par un soin particulier apporté à la photo sous l'égide de notre directeur artistique Elhadi Yazi.


Concrètement que proposez-vous aux lecteurs qu'ils ne trouvent pas ailleurs ?
Des contributeurs de luxe (John Landis, Michel Hazanavicius, Pierre Lescure...) qui seront présents à chaque numéro. Et, plus largement, dans notre société où le cinéma est partout et pas uniquement dans les salles obscures, l'aborder par le prisme de l'art de vivre. Emmener les artistes à se confier longuement sur leurs passions hors 7e art... pour mieux y revenir et en parler forcément différemment.

Suivez sur Twitter : @Thierry_SCL et @magazine_studio

Anderton

Aucun commentaire: