jeudi 19 juillet 2007

Le Limier : on est sur l’affaire !

En prod : Si vous lisez ces lignes, vous êtes des fondus de cinéma. Donc vous connaissez, vous aimez, vous adorez Le Limier (Sleuth, dont voici le trailer), ce chef-d’œuvre de Joseph L. Mankiewicz, tourné en 1972 avec deux immenses acteurs : Sir Lawrence Olivier dans le rôle de l’écrivain célèbre et cocu (pas de cause à effet cependant) et Michael Caine dans le rôle du coiffeur italien immigré et étalon de la belle du romancier.
Bref, le plot est simple : Milo Tindle le coiffeur vient voir Andrew Wike le romancier pour lui dire qu’il compte bien lui embarquer sa femme forever. Mais le génie des crimes sur papier a prévu un plan digne de son meilleur best-seller.
En 1973, ça pèse quatre nominations aux Oscars : les deux géants pour le titre de meilleur acteur, le réal pour celui de… meilleur réal, la dernière nomination concernant la musique. Seulement cette année là, y a… Le Parrain… Excusez du peu.
Bref , le film est sublime, d’une cruauté extrême et d’une subtilité inégalée.
Le Limier 2
Comme on sait les scénaristes du 21e siècle en panne, voilà que notre ami Kenneth Branagh (avec un N, merci Ralph), qui dormait a poings fermés depuis quelques années, a décidé d’en faire le remake. Et sa grande idée c’est d’avoir pris… roulements de tambours… Michael Caine pour jouer le rôle du romancier. C’est vrai qu’il serait un peu dur dans le rôle du jeune coiffeur…
Donc qui s’y colle : c’est Jude Law qui, entre 2 fornications de baby sitteuses, se taille une belle petite carrière. Sortie en "limité" aux US le 12 octobre. On en reparlera aux Oscars 2008 car a priori, Le Parrain 4.0 n’est pas annoncé…
NB : Subtilité parmi toutes, dans l’original, le film n’a que 2 acteurs, mais le générique en annonce 6 : ils sont aujourd’hui crédités dans toutes les bases (cf la page d'IMDB sur Sleuth)… mais sans photos. Normal, ils n’existent pas ! On verra comment Kenneth va actualiser tout ça.
NB2 : Le Limier 2008 sera au festival de Venise en septembre. Nous aussi !
Marcel Martial (unremakable)
Enregistrer un commentaire