Dossier

mercredi 11 mars 2015

Equalizer : Denzel Washington implacable mais vrai


En DVD et Blu-ray : Après l'excellent Training Day (2001), Equalizer marque les retrouvailles de Denzel Washington et d'Antoine Fuqua, Ce qui en soit a de quoi retenir tout notre attention. D'autant que ce nouveau thriller comble les fans de l'acteur.



Adapté d'une série TV des années 80 (The Equalizer), le film s'intéresse à Robert McCall, un employé d'une grande surface de bricolage. Un type sans histoire, qui vit seul dans un appartement ; un type méticuleux, pour ne pas dire bourré de TOC ; un type insomniaque, qui va bouquiner dans un café au beau milieu de la nuit. J'ai bien conscience qu'un pitch pareil ne va pas mobiliser les foules, à part les fans de Valérie Damidot. Oui, mais voilà, McCall a eu une autre vie : il était agent secret, une machine à tuer. Implacable. Et lorsqu'il croise la route d'une prostituée qui s'est fait dérouiller par ses macs russes, son sang ne fait qu'un tour. Et ce n'est pas beau à voir.

Les dragées selon Fuqua

Antoine Fuqua ne fait pas dans la dentelle. Pas d'ellipses : quand McCall casse des os ou crève un œil, cela craque et ça gicle à l'écran. L'agent anticipe les points d'impact puis se met à l'oeuvre et distribue les dragées. Oubliez John McClane qui s'en prend plein la gueule. McCall évite les coups, passe à travers les rafales. Invincible. Bon, l'usage d'outils de bricolage comme armes va parfois un peu loin...

Avec un tâcheron derrière la caméra et un bourrin devant, le film aurait pu être au mieux une resucée d'un Revenge Movie à la Charles Bronson. Mais Fuqua a le sens de l'action et sait mettre en valeur les scènes de combat grâce à une mise en scène et un montage efficaces. Par ailleurs, la photo est soignée et le cinéaste rend même un hommage au fameux Nighthawks d'Edward Hooper.

Denzel the man

Et puis surtout, il y a Denzel Washington. En un regard, il te fait tout passer. La colère, la bienveillance, toute l'humanité de son personnage. La coolitude incarnée. Denzel fait partie de cette catégorie d'acteurs qui t'hypnotisent. Il peut tout faire, tout dire, tu le crois, tu l'aimes. Je suis fan absolu mais en toute objectivité, cet acteur fait partie des plus grands. Et donc on prend plaisir à le voir incarner tantôt la force tranquille, tantôt la violence déchaînée. Il porte le film sur les épaules.

Face à lui, dans le rôle du very bad guy from Russia, Marton Csokas (Klondike). Chloë Grace Moretz incarne la jeune prostituée en évitant de tomber dans les clichés. A noter une petite apparition de Bill Pullman et Melissa Leo. Pour l'édition Blu-ray, Sony Pictures Entertainment propose de multiples bonus, qui permettent de découvrir les coulisses du tournage.

En résumé, sans révolutionner le genre, Equalizer est un thriller qui fait le boulot, grâce à un Denzel une fois de plus phénoménal. Je recommande. Et si tu n'es pas convaincu, va te faire voir chez Casto.

Anderton


Enregistrer un commentaire