Cannes 2022

mardi 13 septembre 2011

Warrior : vaincre ou mourir

 
En salles : Décidément, le cinéma américain a du punch. Illustration avec l’excellent Warrior, de Gavin O’Connor, qui déboule le 14 septembre sur nos écrans.

 

L’histoire : "Deux frères, Tommy et Brendan Conlon, se retrouvent après 15 ans de séparation et s’affrontent sur le ring sous les yeux de leur père. Ils participent au tournoi du Sparta à Pittsburgh (USA) qui désigne le meilleur combattant de Mixed Martial Arts (une association de boxe et d’arts martiaux). Le vainqueur remportera 5 millions de dollars. Pour l’honneur ou pour survivre, frères de sang ou frères d’armes,  les raisons sont toutes aussi légitimes. La victoire leur apportera beaucoup plus : Une réconciliation mais surtout une renaissance pour chacun d’entre eux".

Ni bon, ni méchant

Les combats, d’une rare violence et portés, entre autres, par la musique de Beethoven, se déroulent dans une cage et mettent en scène deux hommes enragés comme des chiens sauvages. Un scénario plein de suspense, des rôles émouvants. Difficile de prendre parti car on éprouve autant de sympathie pour chacun des deux frères. Il n’y a ni bon ni méchant mais des hommes téméraires qui cherchent à s’en sortir coûte que coûte. Sur fond de crise économique ou de guerre, l’histoire nous transporte et nous émeut jusqu’au bout. Une tragédie moderne où le spectateur est  mis KO dès le premier round.

Des acteurs et des pros

Aucun combat au cinéma n’avait paru aussi vrai et filmé avec autant de justesse. Et pour cause : le MMA est un sport qui mêle plusieurs arts martiaux et le réalisateur, Gavin O’Connor n’en est pas à son coup d’essai. En 2003, il a produit un documentaire, Smashing Machine, sur la vie de Mark Kerr (Numéro 1 mondial du combat libre de 1997 à 2000). Les combats, arbitrés pas Josh Rosenthal (un arbitre connu dans le milieu sportif), ont été à peine truqués.

Les deux comédiens se sont battus contre de vrais pros du MMA. Ces derniers, entraînés à ne pas porter leurs coups, n’y sont pas toujours parvenus. Les acteurs ont donc subi plusieurs blessures pendant le tournage. Ils ont réalisés 85% des scènes de combat et ont pour cela suivi un entraînement intensif pendant des semaines.

Le présentateur sportif, est lui aussi un célèbre chroniqueur sportif. Au delà de son aspect technique si vraisemblable, le film est une belle démonstration de persévérance et de courage face aux vieux démons. Pas de flingues, juste des poings et des hommes avec leurs failles et leur courage qui nous font frémir et trembler à chaque coup. On a envie de se lever de son siège et de hurler de joie à chaque victoire.

Des rôles sur mesure

Les deux frères sont merveilleusement interprétés par Tom Hardy (Inception) et Joel Edgerton (Acolytes). Pour O’Connor, les comédiens avaient toutes les qualités humaines requises pour interpréter des rôles d’une telle intensité. Tom Hardy a été Marine et a perdu un ami au combat. Son expérience personnelle lui apporte toute sa crédibilité. D’un charisme incontestable, il fait preuve d’une forte personnalité à la ville comme à l’écran.

Joël Edgerton est ceinture noire de karaté et il dégage tout de suite un sentiment d’honnêteté et d’humilité dès la première entrevue. Nick Nolte  joue leur père et à 70 ans, l’acteur trouve là un de ses plus beaux rôles.

Une résurrection

On ne peut pas s’empêcher de penser au magnifique film Fighter qui, déjà, l’an dernier, avait provoqué un réel engouement chez les passionnés de boxe. Là encore, le sport va plus loin, il peut détruire mais aussi aider à renaître. Les coups effacent les blessures du passé. La rage et le désespoir conduisent à la résurrection.

Mrs Peel

Aucun commentaire: