Dossier

09 octobre 2007

Will Smith n'a pas la grosse tête

En salles (le 19/12/07) : Vous avez certainement remarqué l'affiche. Le titre vous a intrigué. Et vous avez passé votre chemin en vous disant que la prétention de Will Smith n'avait pas de limite. Détrompez-vous, Je suis une légende (La bande-annonce, c'est par là) n'est que l'adaptation d'un livre de science-fiction écrit par Richard Matheson en 1954 (I am legend). Dans ce roman d'anticipation, le héros est le seul survivant d'une pandémie qui condamne tous les hommes à devenir des vampires (que nous espérons tous assoiffés de sang). Or ces vampires vont apprendre à vivre ensemble et fonder une communauté dont les lois constituent le nouvel ordre social. Ils deviennent les représentants officiels de l'humanité alors que notre héros n'est plus que le vestige d'un passé à proscrire : il devient donc une légende... Qui devra défendre chèrement sa peau.
Un pieu ou des pieux ?
Evidemment le roman joue sur le comportement d'un homme confronté à une inversion de ses valeurs, dans une société vampirisée. Evidemment le roman traite en profondeur les thèmes du darwinisme et de la fondation d'un premier contrat social. Evidemment le roman est une charge contre le positivisme... Il faut cependant garder confiance en Francis Lawrence (réalisateur déjà responsable de Constantine) pour éluder un peu cette subtilité et garder en tête qu'un vampire à jeun est un homme dangereux. En tous les cas, il aura sans doute évité de s'attaquer à la question suivante (présente dans le bouquin): "Quelle serait la réaction d'un vampire musulman devant la croix ?".
A noter: Déjà deux adaptations pour ce roman: Je suis une légende (Italie, 1963) et Le survivant (USA, 1971 avec Charlton Heston).
Sentenza (Qui a dit fatwa ?)
Enregistrer un commentaire

Translate this blog