13 octobre 2007

George Clooney au Darfour et au moulin

Artistes : Parce qu'il a une tête de beau gosse un brin filou, du charme et plein d'humour, parce qu'il aime l'exposition médiatique et ouvrir sa gueule, George Clooney se prend régulièrement quelques retours de bâton.
Ici même, on vous a raconté quelques uns de ses récents déboires : on a propagé d'ignobles rumeurs sur ses pratiques sexuelles (alors que son coussin baiseur semble être un accessoire de tournage) ; on a évoqué son accident de moto avec sa charmante compagne ; on a détaillé ses problèmes de voisinage en Italie ; on a relaté les réflexions perfides de journalistes lors d'une conf de presse pour la sortie de Michael Clayton, réflexions moquant son rôle d'avocat anti-système alors que George fait la promo de Nespresso pour Nestlé...
Devenir Elisabeth Taylor
Certains doutent même de la sincérité de son engagement en faveur du Darfour. L'acteur s'en est expliqué dans un long et bon entretien au Monde 2. "Que puis-je davantage promouvoir ? demande l'acteur. Ai-je besoin d'être encore plus célèbre ? Non !"
Alors qu'il discutait du désastre au Darfour avec son père, un ex-journaliste, ce dernier constata : "Si on envoyait Elizabeth Taylor là-bas, le Darfour ferait le '20 heures'". Réponse du fiston : "Et si je devenais Elisabeth Taylor ? Toi, tu serais le journaliste, et on verra si les gens s'intéressent à nous". Le voyage sur place s'est avéré délicat. Il leur a fallu passer par le Tchad en proie à des troubles. Ils ont même dû convaincre un reporter de guerre de les accompagner ! Mais Clooney Sr et Jr en sont revenus avec des souvenirs terribles ("Des puits rendus inutilisables par des morceaux de chair humaine avariée") et un documentaire : Urgences Darfour.
Le beau George évoque également la désastreuse politique de l'autre George (Bush Jr), son éducation religieuse (catholique), son regard sur son physique ("Mon modèle serait davantage Paul Newman [qui est] parvenu à se débarrasser de son image de beau gosse"), sur les gros studios d'Hollywood et les projets plus engagés (Three Kings, Syriana...)...
Bref, George Clooney s'est livré sans détours. Avec franchise. Et il a confirmé tout le bien que je pense de lui.
Anderton

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Respect pour George Clooney, comme pour Sean Penn

Translate this blog