dimanche 18 décembre 2016

Comment claquer 1 million de dollar par jour : Richard Pryor empoche le pactole

En DVD et Blu-ray : Pour 100 briques, tu n'as peut-être plus rien mais pour 30 millions de dollars, tu peux en avoir 300 autres. A condition de dépenser ces 30 premiers millions pendant un mois... sans rien posséder à la fin. Tel est le pitch de Comment claquer 1 million de dollar par jour (Brewster's Millions, 1985), une bonne comédie de Walter Hill avec Richard Pryor et John Candy qu'Elephant Films a la joyeuse idée de sortir en vidéo.



"Fastoche !", t'écriras-tu en imaginant les multiples façons de dilapider l'oseille. Ben, non. Le multimillionnaire qui fait cette proposition à son unique héritier impose des conditions drastiques : ne rien posséder au bout d'un mois donc, ne pas faire de cadeaux, ne pas détruire les biens achetés... Et ne rien révéler de cette proposition à qui que ce soit. S'il ne respecte pas le contrat, il ne touchera rien. Monty Brewster (Richard Pryor), joueur de baseball en Minor League, n'a rien à perdre et accepte. Affublé de son pote Spike (John Candy) et d'une comptable (Lonette McKee, souvent vue chez Spike Lee) offusquée par ses manières de parvenu, Monty doit redoubler d'imagination pour dépenser sa fortune. Pas si simple.


Produit par Lawrence Gordon et Joel Silver, le duo à qui l'on doit notamment Die Hard et L'Arme FataleBrewter's Millions est une pure comédie. Surprenant dans la filmographie de Walter Hill, habitué des films d'action et polars burnés. Pour autant, le réalisateur de Driver et Sans Retour avait montré qu'il pouvait faire rire dans 48 Heures. Et il y arrive parfaitement, en apportant une bonne dose d'énergie et un brin de noirceur au propos. Car son film, qui joue sur le même registre qu'Un Fauteuil Pour deux (Trading Places, 1983) de John Landis, rend hommage au peuple qui bosse et qui galère pour boucler ses fins de mois. Comment claquer... nous fait jubiler car on s'est tous posés la question de ce que l'on ferait si on gagnait au Loto mais aussi parce qu'il montre les cols bleus venir foutre le boxon dans le monde de la haute société. Avec au passage, un coup de griffe aux politiciens en période électorale 

Richard Pryor est excellent en nouveau riche dépassé par l'ampleur de sa tâche. Il est drôle, même si on aurait aimé le voir avec davantage de liberté pour se lâcher. Surtout, il a un fond de tristesse dans le regard qui le rend profondément touchant. En comparse lourdingue mais sympa, John Candy assure. Bref, du pur fun dans une version restaurée qui plus est. Peut-être que l'argent ne fait pas le bonheur mais Comment claquer 1 million de dollar par jour fera le vôtre.

Anderton


Enregistrer un commentaire