A LA UNE

jeudi 2 mai 2013

Festival d'Udine : auto-fellation japonaise, baston thaï et prosciutto


Buzz : Comme chaque année depuis maintenant 15 ans, le Far East Film Festival s'est tenu fin avril dans la charmante ville italienne d'Udine, près de Venise. Et comme chaque année depuis 13 ans, je m’y suis rendue pour faire le plein de films populaires asiatiques. Retour sur quelques belles surprises.


Malgré une baisse de 50 % des subventions, le Festival d'Udine (découvrez notre dossier) perdure et on croise les doigts pour que ça dure encore longtemps. Cette année, en quatre jours, j'ai vu 13 films et un court-métrage. Autant dire que j'ai passé beaucoup de temps au cinéma. Et quand même un peu de temps à déguster du prosciutto. Et à boire des Rossini ou du vino bianco.

Camarade et tortures

Pour cette édition 2013, le cinéma sud-coréen était majoritairement représenté et, pour la première fois à Udine, nous avons pu voir un film nord-coréen Comrade Kim Goes Flying. Tout le monde se demandait si les actrices nord-coréennes qui devaient accompagner le film allaient arriver à Udine ou s’évanouir dans la nature avant, histoire de ne pas avoir à retourner à Pyongyang.

National Security 1985 est un film sud-coréen défini comme un "human rights drama". Car oui, la Corée du Sud n’a pas toujours été une franche démocratie et le film nous montre pendant 106 minutes, sans prendre aucun recul, un homme se faire torturer. De l’image brute. De la torture avec un tuyau de flotte sur un visage écrasé par de la gaze, de l’électricité connectée des pieds à la tête. Et tout ceci étant daté de 1985. Cela fait froid dans le dos.



Auto-fellation et action

Comme tous les ans, on retrouve dans le cinéma asiatique un éventail de genres, de styles et d’histoires totalement délirants. Mention spéciale pour le film japonais Maruyama The Middle Schooler, décrit dans le programme du festival comme étant, je cite, une "self-fellatio-comedy". L’histoire totalement délirante, drôle, pas vulgaire, déjantée d’un gamin de 14 ans qui rêve de se faire une auto-fellation. Très gros accueil dans une salle, comment dire, surchauffée.

Autre pays, autre genre, autre style… Hong-Kong et son film d’action Cold War avec le George Clooney asiat., en la personne de Aaron Kwok. Enorme ! De l’action, des poursuites, des flingues, des mecs, du sang… Du grand spectacle !!!



Dans le genre "je passe mon temps avec mon écharpe sur les yeux", je demande The Gangster, film thaïlandais dans lequel, dès la première image, les couteaux sont de sortie, le sang gicle, la baston fait rage et bien que je n’en n’ai pas vu la moitié, le son est encore plus explicite sur les coups de pied dans la face, les os qui craquent… Un vrai film de filles.



Cette année le prix du public a été décerné à un film sud-coréen de Lee Won-suk, How To Use Guys With Secret Tips, défini comme étant une gangnam style-comedy-romance que j’espère bien voir un jour en salles. Mais là, je crois que l’on peut toujours rêver…


 
Marge S

Enregistrer un commentaire