mercredi 1 mai 2013

The Lebanese Rocket Society : quand le Liban visait les étoiles


En salles : Un documentaire sur une aventure spatiale au Liban, ça paraît fou ? Ce n'est pourtant pas une fiction. Les deux réalisateurs et plasticiens Joana Hadjithomas et Khalil Joreige (Je veux voir avec Catherine Deneuve) ont décidé avec The Lebanese Rocket Society-L'Etrange histoire de l'aventure spatiale libanaise de mettre en lumière les travaux d'un groupe de scientifiques sur la recherche aérospatiale et sur la construction d'une fusée.

Dans les années 1960, en pleine Guerre froide, Manoug Manougian, un professeur de mathématiques de l'Université Haigazian commence avec un petit groupe d'étudiants, des tests et des lancements de fusées. Leurs travaux évoluent, font la une des journaux et prennent une dimension nationale. The Lebanese Rocket Society apparaît alors comme une véritable enquête. L'objectif étant de montrer qui étaient ces jeunes étudiants, quels étaient leurs travaux et pourquoi ils les ont arrêtés. 

A la recherche de Cedar 4

La force de ce documentaire tient des nombreuses images d'archives. Car c'est la problématique de l'histoire : le manque d'images pour prouver les travaux de cette petite équipe universitaire. On suit alors les deux réalisateurs dans leur énorme travail de recherche et de documentation. Leur voyage passe par l'Université Haigazian, chez des photographes et à la rencontre de Manoug Manougian lui-même.

Leurs trouvailles sont édifiantes. On y découvre des essais, des témoignages, des lancers, les coulisses de ces recherches aérospatiales. Des images presque incroyables qui montrent que le Liban a participé à la conquête spatiale et qu'il a été le premier pays arabe à envoyer des fusées dans le ciel. Pour rendre hommage à ce travail, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige montrent également la création d'une sculpture de la fusée Cedar 4, offerte à l'Université Haigazian.

Une envolée vers le futur

L'idée originale de ce documentaire est d'ajouter une partie en animée et d'orienter le propos sur le futur politique et social que le Liban aurait pu avoir si cette histoire avait pris encore plus d'ampleur. L'idée est osée mais finalement une bonne surprise. Les deux réalisateurs nous emmènent dans un côté beaucoup plus fictif avec des images qui jouent presque avec la fascination de certains pour l'espace.

The Lebanese Rocket Society nous embarque dans une enquête passionnante. Le contexte politique du Liban et du monde à l'époque est très bien resituer et permet d'enchaîner avec cette partie imaginaire du film. En plus d'une histoire incroyable, on y découvre toute une réflexion profonde sur le Liban et l'histoire de sa population.

Lois Lane

Enregistrer un commentaire