Dossier

dimanche 24 mai 2015

Cannes 2015 : "Unir Lérins et la Croisette"


Buzz : M. Le Maire de Cannes aime plaisanter. Et c'est un très bon guide touristique quand il s'agit de parler de sa ville avec beaucoup d'humour et de passion. Mais quand il faut passer aux choses sérieuses, David Lisnard sait se montrer convaincant pour vous prouver que Cannes mérite d'être inscrite au rang de patrimoine mondial de l'Unesco. 

Mardi matin, rejoint par Gilles Jacob, l'ancien président du Festival de Cannes, l'élu a emmené quelques journalistes en balade de l'autre côté de la Croisette, aux îles de Lérins, pour mieux les séduire et partager avec eux quelques heures de spiritualité loin du tumulte du Festival. Retour sur une visite hors du temps.



Direction l'île Saint Honorat à la découverte de la plus ancienne abbaye cistercienne d'Europe (certains vestiges remontent au VIIe siècle). C'est ici que nous rencontrons Dom Vladimir Gaudrat, père abbé de Notre Dame de Lérins. Cette "île sainte", où trône une statue de Saint Antoine, est habitée par une vingtaine de moines qui cultivent la vigne, l'olivier et "la parole utile". 


Le monastère fortifié (XIe Siècle) domine la mer, protégé des attaques depuis le Moyen-âge car les eaux sont peu profondes tout autour. Avec la chapelle St Sauveur, ils font aujourd'hui l'objet de rénovation. Un chantier de plusieurs millions d'euros. La ville a déjà investi 400.000 euros et un appel aux dons a été lancé sur le site de la Fondation du patrimoine.


Non loin de là, s'étend l'île Sainte Marguerite et son musée de la mer. Cet ancien fort royal du XVIIe rappelle l'histoire de l'occupation militaire et les fouilles ramènent jusqu'au IIIe siècle avant J-C. Le site a été ensuite converti en prison d'état où étaient isolés des prisonniers sans jugement. Parmi eux, le premier et le plus célèbre, l'homme au masque de fer. Sa cellule a été entièrement rénovée et rien ne reste de son passage ici pendant plus de onze ans. Une cellule spacieuse avec une cheminée, des latrines, une grande fenêtre aux barreaux alternés et qui laisse à penser que c'était un prisonnier bien traité.



Après cette visite historique, un autre personnage illustre est venu rejoindre le duo : Gilles Jacob. En présence également de quelques élus et de Claire Andriès, directrice de la Culture de la ville et chef du projet, le maire a exposé son souhait d'inscrire Cannes au patrimoine mondial de l'Unesco. "Une ville d'Histoire et de patrimoine, la plus connue au monde après Paris. Une ville connue mais méconnue". L'identité cannoise est tournée vers l'horizon avec ses racines, dont celles des îles de Lérins. Un patrimoine humain, végétal exceptionnellement beau et, pour David Lisnard, "le beau doit se cultiver". Mais Cannes, c'est aussi sa Croisette, "l'endroit où l'on se croise", "la première avenue d'enseignes de luxe, avec ses palaces et son ouverture sur le cinéma mondial". 


Même si David Lisnard est conscient que cette démarche d'inscription au patrimoine mondial pourrait prendre des années à aboutir, il est persuadé que cela renforcerait le sentiment d'appartenance des Cannois. Pour cela, un comité de soutien a été créé auquel chacun peut venir apporter sa contribution sur le site de la ville de Cannes. Deux personnalités y ont déjà adhéré : le photographe Yann Arthus-Bertrand, connu pour son intérêt pour la protection de l'environnement, et Nikos Aliagas, un ami du maire, lequel le décrit comme "un ovni cultivé et attentif, qui aime les racines et l'ouverture au monde".


Les deux parrains de cette candidature ont aussi fait part de leurs motivations. Pour Dom Vladimir Gaudrat, Cannes et ses îles possèdent "un patrimoine pour accueillir et non pour exclure, grande tentation de ce monde". Pour Gilles Jacob, "réunir les îles et la Croisette, c'est unir la nature et la lumière, celle des stars, mais aussi celle de la Méditerranée et de l'une des plus belles rades du monde".


Mrs Peel
Enregistrer un commentaire