jeudi 7 mai 2015

De Broca de A à Z : de Noiret au Diable par la queue (3/4)



Artistes : Philippe de Broca (découvrez notre dossier).est à l'honneur à la Cinémathèque, qui lui rend hommage jusqu'au 1er juin. En grands fans que nous sommes, on bat des mains et même des pieds. Et on en profite pour poursuivre notre promenade dans l'oeuvre du cinéaste avec la troisième partie de notre abécédaire.



N

Noiret (Philippe)
"C'est un des seuls acteurs qui n'a jamais refusé un film que je lui proposais (...) Philippe Noiret, dans mes personnages, concrétise, incarne, un côté fantasque qui se veut je-m'en-foutiste et qui, en fait, est gravé tout au fond de lui."  Avec Cassel, Belmondo et Rochefort, l'un des quatre acteurs autobiographiques de Philippe de Broca, version placide, retraitée, délogée de son train-train par une tornade féminine. Ils tourneront six films en commun : Les Caprices de Marie, Tendre Poulet, On a volé la cuisse de Jupiter, L'Africain, Chouans !, Le Bossu. 


P

Pascal
Eh oui, des liens entre le penseur et le cinéaste existent, comme le rappelle Jean-Pierre Zarader (lire notre interview) : "Ce parallèle entre la philosophie de Pascal et l’œuvre cinématographique de Philippe de Broca peut surprendre. On retrouvera pourtant, chez le cinéaste comme chez le philosophe, une même prise en charge de l’existence humaine dans son donné le plus immédiat : le divertissement, l’agitation fébrile de l’homme, le tumulte, la fuite. Dira-t-on, comme on le fait souvent, que le solitaire de Port-Royal prétend dépasser le divertissement, le dénoncer — ce que Philippe de Broca ne fait jamais ? Mais ce serait oublier que, selon Pascal lui-même, nul homme depuis la chute, même le chrétien, ne peut demeurer 'en repos'. Quant à l’homme sans Dieu, ce serait folie que de vouloir le détourner de ses folies et de ses tribulations. Cet homme-là, et c’est lui que de Broca met en scène, ne peut que s’abîmer dans l’apparence, cavaler et tribuler..." 

Projets (inaboutis)
Les Trois mousquetaires, au début des années 60, avec Jean-Paul Belmondo, Jean-Claude Brialy, Charles Aznavour et Sophia Loren.
Un film de pirates, inspiré de la prise de Panama, sur un scénario de Dabadie et Sautet.
Un film sur les astronomes, d'après un scénario de Daniel Boulanger
Une comédie écrite avec Michel Audiard pour Lino Ventura. Le pitch ? "Un ancien truand déchu qui se retrouve dame-pipi avec sa petite soucoupe dans une boîte de nuit. Ventura s'est levé (après l'avoir lu), et je ne l'ai jamais revu !"
Une adaptation de Jack London, Bellou la fumée (Smoke Bellew)
Un film sur la vie d'un hôpital vue par un alité depuis plus de dix ans
Un film sur la paléontologie, abandonné au moment de la sortie de Une femme ou deux (1986), de Daniel Vigne, sur le même thème. Idem avec un projet très proche de Trois hommes et un couffin (1985)
Une adaptation du roman de Didier van Cauwelaert 20 ans et des poussières, avec Sophie Marceau et Richard Anconina

Plans-séquences
Peut-être la figure de style la plus caractéristique de son cinéma. Parce qu'elle est en mouvement. Parce qu'elle unit passé et présent. Parce qu'elle donne tempo, rythme et vivacité. Rien qu'un exemple : le final à la louma du Cavaleur. Le plan d'une vie !

Q

Queue (Le Diable par la)
Prototype du De Broca virevoltant, à son meilleur : écrit en un week-end (avec Sautet, Rappeneau et Boulanger, s'il vous plaît), le film suit le terrible échec du Roi de cœur. Au-delà de la de Broca's touch (mélancolie, rythme trépidant, personnages fantasques, intrigue à rebondissements, casting 25 étoiles, Delerue...) le film capte l'esprit du temps, celui de Mai 68, qui faillit faire capoter le tournage de cette merveille ! 

La plupart des citations sont extraites de l'ouvrage de référence consacré au cinéaste, Philippe de Broca, par Alain Garel, Dominique Maillet, Jacques Valot et Jean-Pierre Zarader, éditions Henri Veyrier.

A lire :

Travis Bickle


Enregistrer un commentaire